Publicité

Marie-Ange Thébaud, présidente du Collectif des associations réunionnaises de Midi-Pyrénées

Publié le 9 septembre 2009 France Haute Garonne

Auteur et productrice multimédia, Marie-Ange a quitté l’île il y a une vingtaine d’années. De retour en France après un passage par l’Angleterre, elle a aujourd’hui de nombreuses responsabilités associatives : chargée de communication du Club des Entrepreneurs Africains et des Iles et présidente du Collectif des associations réunionnaises de Midi-Pyrénées. Marie-Ange participera au 1er village de la diaspora réunionnaise du 14 au 16 octobre 2009 à Saint-Denis.

Marie-Ange Thébaud
Le CARAT fait partie d’un collectif d’associations africaines et ultra-marines qui avec le soutien de la mairie de Toulouse, fêta le 10 mai dernier l’abolition de l’esclavage. Lors de l’inauguration de la stèle au parc Compans Cafarelli, j’ai été chargée de faire le discours au nom de tout le collectif.

Pouvez-vous vous présenter svp ?

Originaire de la Possession, je viens d’un milieu modeste. J’ai quitté l’île pour des raisons familiales. Aujourd’hui je pense qu’il est possible de réussir quel que soit son milieu... Il suffit juste d’une bonne dose de volonté et de courage.

Quels objets de la Réunion avez-vous apporté dans vos valises ?

J’ai emporté un pilon, indispensable pour la cuisine. J’ai emmené des paniers achetés sur les marchés de la Réunion pour aller au marché, des chapeaux en paille pour ma famille. J’ai aussi acheté lors de mes visites sur l’île des objets en bois (tortue, dodo, caméléon), "bertel", nappes brodées et divers autres choses pour la déco ou les jeux. J’ai la chance d’avoir dans la famille quelqu’un qui fabrique des instruments de musique. Aussi, on m’en a offert, notamment un "roulèr" sur lequel est dessinée l’île de la Réunion.

Racontez-nous votre parcours.

Je suis d’abord arrivée à Montpellier où j’ai été animatrice radio pendant deux ans. J’ai fait la promotion de la musique réunionnaise et des îles de l’Océan Indien. Puis je suis partie en Grande Bretagne, toujours pour raison familiale. J’ai travaillé comme secrétaire dans un golf huppé pendant deux ans. Je me suis ensuite préparée et remise à niveau pour l’université en Angleterre. J’ai fait quatre années en media européen, spécialité documentaire. Je suis diplômée d’un BA en média européen.

Aujourd’hui vous avez de nombreuses activités…

J’ai créé un site, "Ecran sans Frontières" ouvert aux artistes, auto-entrepreneurs et autres adhérents. Je souhaite développer la production multimédia pour les institutions et les entreprises. J’ai aussi quelques bouquins en court d’écriture. Au niveau associatif, je suis chargée de communication du Club des Entrepreneurs Africains et des Iles et présidente du Collectif des associations réunionnaises de Midi-Pyrénées.

Marie-Ange Thébaud

Quels sont vos projets ?

En tant que chargée de communication pour le Club des Entrepreneurs Africains et des Iles, je suis responsable du recrutement de nouveaux adhérents et de l’accompagnement de jeunes qui veulent monter leur société. Je fais partie d’un groupe qui comprend un avocat, un expert comptable, et d’autres prestataires de services prêts à aider et à encadrer les jeunes entrepreneurs. Au sein du Collectif des Associations Réunionnaises de Midi-Pyrénées, j’espère pouvoir donner un coup de pouce aux artistes et à la Réunion ainsi que créer un lien entre les Réunionnais et les autres ultra-marins de l’hexagone.

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

La mobilité est très enrichissante, elle ouvre sur le monde extérieur et permet de prendre la vie différemment. Mais la Réunion me manque, ne serait-ce que la possibilité de passer un week-end en famille. On ne peut pas venir souvent car le billet d’avion est trop cher ! Quand on vient, il faut rester au moins trois semaines pour que ce soit « rentable ».

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de l’île ?

Il s’est passé beaucoup de choses en vingt ans. Heureusement ! La mentalité et l’économie ont évolué en bien et en mal. J’ai vu les embouteillages augmenter (j’attends de voir l’effet de la route des Tamarins !). Il y a beaucoup trop de chômage encore, il faudra y remédier.

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

Pas d’avantages ni d’inconvénients majeurs. La montée du Front National début 2000 a été inquiétante (l’atmosphère est différente en Angleterre, il y a plus de tolérance). Mais mon regard sur la France change. Je dirais qu’il y a un changement et une ouverture d’esprit qui s’effectue et c’est bien.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

De prendre leur destin en main, de se donner les moyens de réussir, de ne pas avoir peur de "sauter la mer". L’hexagone, c’est aussi chez nous.

Voir le profil de Marie-Ange Thébaud

Voir le profil de Ecran sans Frontières

Publicité