Publicité

Mimose et Georget dans le Gard : aventures en cuisine

Publié le 6 juillet 2023

De la création de K’fé Vanille au passage de leur restaurant dans « Cauchemar en cuisine » qui a ému beaucoup de téléspectateurs de M6, ce couple de Réunionnais passés par le Centhor racontent leur installation dans le village de Saint-Gervais dans le Gard, où ils proposent une cuisine réunionnaise au feu de bois et une cuisine provençale.


Les créateurs

- Mimose Thierry, originaire de Saint-André. J’ai fait mes études au Centhor à Plateau Caillou, où j’ai eu mon BEP CAP. C’est là que j’ai rencontré Georget. Ensuite nous avons fait chacun notre apprentissage, moi chez Monsieur Pralus à Roanne, et lui chez Troisgros, prestigieux restaurant aux trois étoiles Michelin dans la Loire. La cuisine, je l’ai apprise en partie à l’école hôtelière, mais la cuisine créole, je connaissais déjà grâce à mon papa.
- Georget Thierry, originaire de l’île de la Réunion. A 15 ans, je suis entré au Centhor où j’ai fait mes études. Grâce à cela on m’a envoyé en stage à la Maison Troisgros à Roanne et de là ma carrière a démarré. Je suis resté trois ans chez Troisgros, où j’ai fini chef de partie poisson. Ensuite, j’ai travaillé pendant trois ans au Prieuré à Villeneuve-lez-Avignon, au côté du MOF (Meilleur ouvrier de France) Serge Chenet qui est devenu mon mentor. Ensemble, nous avons voyagé aux États-Unis et au Japon pour des formations.

Le restaurant K’fé Vanille à Saint-Gervais (30)

La naissance du projet

Avec Mimose, nous avons tenu plusieurs établissements : à Saint-Quentin-la-Poterie, à la Réunion et dans le Gard rhodanien. Mimose souhaitait se poser, trouver une place stable au niveau carrière et vie familiale. Les grandes villes, ce n’est pas notre truc, alors nous avons décidé d’ouvrir notre restaurant à la campagne, où on avait toutes les possibilités de faire ce qu’on veut. Le nom Kfé Vanille nous est venu de l’histoire de la Réunion. La Réunion a été productrice de café avant la canne à sucre, et la fécondation de la vanille a été inventée sur l’île par Edmond Albius. Le nom Kfé Vanille représentait aussi la mixité qu’il y a sur notre île.


Les débuts

Quand nous avons repris ce commerce à Saint-Gervais fin 2018, nous étions plein d’entrain, heureux d’investir dans une installation moderne, un cadre ravissant pour développer le concept de cuisine d’ici et d’ailleurs. Puis est arrivé 2020 et la crise du coronavirus. Il a fallu survivre et nous avons choisi l’option drive. Georget s’est lancé dans la transformation d’une caravane en food-truck, aidé par des amis et par le carrossier Muhlhaus. Nous avons pu assurer les marchés des villages alentours.


Mais entre la fermeture forcée, les mesures sanitaires contraignantes puis la guerre en Ukraine et l’inflation, les dettes ont perduré et ont pris le dessus sur la passion. On ne remontait pas. C’est là que Mimose a appelé la production de « Cauchemar en cuisine », avec la ferme détermination d’avoir de l’aide. Face aux problèmes financiers, nous avons tenté le tout pour le tout pour sauver notre établissement.


L’aventure « Cauchemar en cuisine »

En avril 2023 (deux mois avant la diffusion de l’émission fin juin), le Chef de M6 Philippe Etchebest est venu dans notre établissement à Saint-Gervais. Plusieurs choses l’ont surpris : le mauvais état du restaurant mais aussi le parcours de Georget, un CV exceptionnel jamais vu dans Cauchemar en cuisine !

Philippe Etchebest goûte un rougail saucisse : "C’est vraiment délicieux" !

Pour tenter de savoir ce qui clochait, il a mis en place un stratagème inédit dans l’histoire de l’émission, en laissant Mimose seule en charge de la cuisine pendant un gros service, alors que Georget assistait à la scène de l’extérieur via un écran… L’électrochoc et les conseils de l’émission ont fonctionné… Avant même la diffusion fin juin, nous avons vu un mieux de 25 à 30 % du chiffre d’affaires. Il faut dire que notre participation à "Cauchemar en cuisine" s’est ébruitée dans les alentours du village et a attiré de nouveaux clients.


Le soir de la diffusion sur M6, on a regardé l’émission qui nous était consacrée en famille, en visioconférence avec La Réunion. Ce que nous a apporté le chef, on en est conscient, c’est instructif. Il nous a appris à fonctionner différemment, à voir les choses différemment. C’est une sacrée expérience et on ne regrette pas de l’avoir fait. Aujourd’hui nous avons revu l’organisation et le concept. Georget a retrouvé sa place en tant que chef cuisinier. Il propose une carte de plats provençaux, bien peaufinés avec parfois quelques sauces exotiques. La partie réunionnaise est toujours là. La participation nous a offert une belle visibilité. Nous avons reçu un joli plébiscite dans les notes et sur les réseaux sociaux. Nous sommes de nouveaux confiants en l’avenir.


Comment ils se fournissent.

Pour ce qui est des produits frais, on se fournit au jour le jour. Les saucisses, boucané, charcuterie réunionnaise, nous les achetons chez un boucher charcutier réunionnais du Sud de la France. Pour ce qui est des épices sèches, ma mère qui vit sur l’île nous envoie des colis d’épices réunionnaises. Elle m’a appris à faire le massalé. C’est donc sa recette que je prépare, je torréfie mon massalé au feu de bois !


L’avenir et les projets

Notre objectif pour l’avenir est assez simple et se rapproche de ce qu’on avait décidé de faire au début : une cuisine d’ici et d’ailleurs. Il s’agit de développer le côté bistronomique provençal pour Georget, tout en gardant la carte réunionnaise que Mimose met en place. Et tout simplement être heureux !


L’adresse

K’fé Vanille
48 chemin des Malins 30 200 Saint-Gervais
Tel : 07 78 82 54 03
www.facebook.com/kfe.vanille


Plus d’infos sur les entrepreneurs réunionnais dans le monde / la cuisine réunionnaise

Lire aussi : 600 adresses où trouver des produits réunionnais, créoles et exotiques

Publicité