Publicité

Patrick Kraus, 26 ans, directeur d’un hôtel 5 étoiles à Val d’Isère

Publié le 24 avril 2006 France Savoie

Patrick a réalisé son rêve d’enfance : travailler dans l’hôtellerie. Après un BTS de gestion hôtelière à la Réunion, il a pris la direction de l’Angleterre pour se spécialiser en business international. Il en est revenu cinq ans plus tard armé d’un MBA à UMIST, une des meilleures écoles de management d’Europe (niveau Bac+6). Un mois plus tard, il se retrouvait propulsé à la tête d’un petit hôtel 5 étoiles dans la station de sports d’hiver de Val d’Isère.

Patrick Kraus
Sur son lieu de travail, un chalet grand luxe de 12 places de la chaîne Montana commercialisé autour de 35 000 euros la semaine.

Racontez-nous votre parcours.

"J’ai été au Collège des Aigrettes à Saint-Gilles, dans la même classe que mon ami Christophe Law-Yat que j’avais perdu de vue. C’est grâce au site Réunionnais du Monde que j’ai pu savoir où il en était. Après le collège, je suis parti au Lycée de la Renaissance pour y faire un Bac Hôtellerie. Il était clair dans ma tête que mon futur serait dans ce domaine. Tout ce que je savais à ce moment là, c’est que je voulais aller très haut et que je ferais tout pour y arriver".

Et ensuite ?

"J’ai fait ma seconde à la Renaissance puis je suis parti à Marseille un an pour faire ma 1ère et une partie de la Terminale. Je suis revenu à la Réunion. Mon bac en poche, j’ai décidé de passer un BTS Gestion Hôtelière, par correspondance avec le CNED. Je travaillais en même temps dans l’hôtel de mes parents près de Saint Pierre. Ce fut l’expérience la plus difficile. La rigueur que les cours par correspondance demande était pour moi quasiment insurmontable, mais j’ai fini par réussir".


C’est là que vous avez donné un élan international à votre cursus...

"Après mon BTS en 2000, j’ai décidé de quitter la Réunion pour l’Angleterre pour me spécialiser dans la Gestion Hôtelière Internationale. J’ai donc fait un BA puis un MSC in International Hospitality Management. J’ai eu un moment de doute à ce moment là et j’ai décidé de sortir un peu du cadre l’hôtellerie, au cas où... J’ai fait un MBA à UMIST, une des meilleures Business School d’Europe. Ca représente un Bac+6 en gestion d’entreprise. C’est un diplôme américain qui fut un temps était rare. Aujourd’hui beaucoup d’écoles en Europe le proposent et il a malheureusement un perdu de sa valeur. Mais c’est un diplôme génial qui a réussi à m’ouvrir l’esprit sur le monde dans lequel nous vivons. Il a en quelque sorte aiguisé mes ambitions".

Et il vous a permis de décrocher un bon poste.

"J’ai quitté Manchester en septembre 2005 et en moins d’un mois, j’ai trouvé un poste de directeur dans un petit hôtel 5 étoiles dans la station de sports d’hiver de Val d’Isère. Je suis en charge d’une équipe de sept personnes. Je fais la gestion, les commandes, j’organise tout de A à Z pour les clients et j’essaie de faire en sorte que leur séjour soit mémorable. Ce qui n’est pas chose facile quand on sait le prix qu’ils paient pour une semaine : environ 35000 euros pour le chalet de 12 places".

Patrick Kraus
Pour ses clients, Patrick organise les événements les plus inattendus : ici, l’arrivée de deux invités en motoneige dans un Tipi spécialement monté pour eux.

Avez-vous des anecdotes ?

"Un jour un client voulait organiser quelque chose d’extraordinaire pour les 26 ans de sa copine. Donc il me prend à part et me donne une ébauche d’idée. Il voulait un lieu unique avec un feu d’artifice. Alors en deux jours seulement on lui a organisé une tente indienne en altitude. Tout le matériel est monté en hélico. Juste après l’apéritif, les invités sont montés en dameuses de piste pour récupérer chacun une motoneige. Apres 10 minutes de moto, ils sont arrivés sur un lieu perdu où était posé un grand Tipi avec à l’intérieur un bar de neige, un feu, champagne, vodka, amuses bouche chauds... Ensuite ils sont sortis de la tente en trinquant et le feu d’artifice a commencé. Ce n’était pas un petit feu. En saison, la station de Val d’Isère fait un feu toutes les semaines pour les nouveaux touristes. Celui-là était deux fois plus grand et... juste pour nous ! Une fois le feu terminé, on est reparti en moto puis on a fait une descente au flambeau. C’était féerique et unique. Un souvenir mémorable".

Quels sont vos projets ?

"Je compte rentrer à la Réunion pour monter ma propre boîte dans le domaine du tourisme. Mon projet s’Ãéendrait à tout l’Océan indien".

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

"La douceur de vivre, les bonbons tamarin pimentés, les petits rugby entres potes sur la plage de Boucan, les couchers de soleil à l’Hermitage et tellement d’autres petites choses..."

Que vous apporte cette exprience de mobilité ?

"J’ai un regard différent sur le monde, un esprit bien plus ouvert. Elle me permet également de me rendre compte de la chance que j’ai eu de grandir à la Réunion. Aujourd’hui je garde contact avec tous mes amis d’enfance, expatriés comme moi. La plupart veulent revenir. On ne peut pas réellement apprécier ce que l’on a sans avoir vu ailleurs".

Le site du Chalet Montana Le site perso de Patrick

Publicité