Publicité

Sandrine Lauret, 30 ans, tombée amoureuse de l’Angleterre il y a quatre ans

Publié le 15 avril 2007 Grande-Bretagne

Après une maîtrise et un Capes d’anglais décrochés à la Réunion, Sandrine décide de suivre une année d’assistanat de langues en Angleterre. Tombée amoureuse de ce pays, elle y vit depuis quatre ans et y a exercé plusieurs métiers. « En cinq ans j’ai déménagé six fois, explique Sandrine. Je suis en ce moment à la recherche d’un emploi à Brighton ».

Sandrine Lauret

Racontez-nous votre parcours.

"Je suis originaire de St Denis. J’ai fait des études d’anglais orientées vers le professorat. J’ai obtenu ma maîtrise puis mon CAPES et j’ai décidé de passer un an en Grande-Bretagne. J’y ai rencontré un Anglais qui a su me convaincre de rester. J’ai alors quitté le professorat pour me lancer dans l’administration. J’ai particulièrement aimé travailler au Ministère de l’Urbanisme à Bristol".

Qu’avez-vous fait ensuite ?

"En cinq ans j’ai déménagé six fois, j’ai toujours eu la bougeotte. Je suis revenue à la Réunion en 2003 pour me marier, mais ça ne m’a pas du tout réussi ! Depuis un an je suis séparée, mais je n’arrive pas à me résoudre à quitter l’Angleterre, même après être revenue passer quatre mois à la Réunion auprès de ma famille et de mes amis. Je m’installe actuellement à Brighton où j’ai retrouvé mes amis. J’aimerais un jour pouvoir m’acheter un appartement à restaurer. Je l’ai fait par le passé et j’ai adoré ça !"

Quels sont vos projets ?

"J’en ai pas mal en ce moment. D’abord je suis un cours de journalisme par Internet (dans le domaine des voyages) avec l’Université de Journalisme de Londres. Je compte en faire un passe-temps rémunérateur, et qui sait peut-être une nouvelle carrière. Je cherche un travail dans une agence de voyages ou alors un poste administratif qui me permettra d’utiliser mes outils linguistiques".

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

"Habiter en Angleterre m’a permis de visiter pas mal de pays à des prix intéressants. J’adore voyager, et je suis toujours en quête d’une nouvelle expérience ! Cela m’a également permis de réaliser que j’avais la possibilité de faire beaucoup de choses si je m’en donnais la peine. J’ai affirmé mon caractère en me retrouvant dans un immense pays (par rapport a la Réunion) où j’ai dû me débrouiller. J’ai découvert une culture complètement différente et j’ai rencontré des gens fantastiques qui viennent des quatre coins de la planète ! "

Avez-vous quelques anecdotes ?

"Je me suis retrouvée à faire la queue à une station service à 2h du matin avec Kate Winslet et son garde du corps ! J’ai vécu pendant neuf mois à 15 minutes de chez George Michael (je ne l’ai hélas découvert que quelques jours avant mon déménagement !). Ca ne m’intéresse pas de chasser les stars, mais ça fait quand même tout drôle d’en croiser une dans la rue !"

Qu’est ce qui vous manque de la Réunion ?

"Au début, beaucoup de produits de la Réunion me manquaient mais maintenant on trouve de tout en Angleterre, même des chouchous et des letchis ! (quoi que pour les letchis, ça ne vaut pas la peine !). Ce qui manque le plus c’est ma famille".

Sandrine Lauret

Quel est votre regard sur la situation socioéconomique de l’île ?

"Après quatre mois passés dans l’île, je suis attristée de voir à quel point le coût de la vie a augmenté, et mes amis peiner pour boucler les fins de mois. J’ai aussi trouvé les gens moins chaleureux qu’il y a quelques années, comme s’ils avaient trop de soucis et qu’ils étaient sans cesse "en train de froncer les sourcils". Mais je n’en ferai pas une généralité car j’ai croisé pas mal de gens que je ne connaissais pas qui m’ont souri, tout simplement, au milieu de la rue ou au supermarché. J’ai tout de même été choquée lorsqu’à Saint Paul, mon amie réunionnaise s’est faite apostropher par des jeunes qui lui ont crié qu’elle était trop blanche, qu’elle n’avait rien à faire à la Réunion et de rentrer dans son pays. Elle a toujours vécu à la Réunion, parle mieux le créole que moi. La même chose s’est passée quelques semaines plus tard à Boucan. J’ai trouvé ça moche".

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

"Là où je suis, personne ne connaît l’île, alors l’image qu’ils en ont est celle que je leur donne. La Réunion risque sous peu d’être envahie par une horde d’Anglais séduits par les photos et les récits que je fais !"

Vous-même, quel est votre regard sur le pays où vous vivez et ses habitants ?

"J’ai vécu dans plusieurs villes et régions en Angleterre. J’ai beaucoup aimé le Kent pour ses paysages et ses habitants, toujours sympathiques et avenants. A Bristol, je me suis fait des amis avec lesquels je suis toujours en contact et que j’essaie de voir au moins une fois par an (les distances n’aident pas !). La région du Somerset est superbe, mais hélas il pleut trop souvent !"

Que pensez-vous de Londres ?

"Je n’ai pas beaucoup aimé Londres à cause de la pollution, et parce qu’il n’est pas facile de s’y faire des amis. Mais je n’ai fait que neuf mois à l’université, ce qui ne donne pas une véritable image de la ville. A l’université j’avais des tonnes d’amis et nous avons fait les 400 coups, ce qui me vaut d’avoir aujourd’hui deux vis dans la cheville droite ! J’aime passer une journée à Londres, mais je ne pense pas que j’aimerais y habiter".

Quelle est votre région préférée ?

"Enfin, le Sussex est ma région préférée. J’y ai rencontré les gens les plus adorables et sincères que je connais. Se faire des amis là-bas est si simple ! Les villes sont plus petites mais plus jolies et plus accueillantes. On a aussi l’avantage d’avoir un climat plus doux, et on peut profiter de la campagne et de la mer".

Quels ont été les avantages/inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

"En général quand je parle de la Réunion lors d’un entretien, les gens sont fascinés. Rares sont ceux qui savent qu’elle existe ! Vu l’animosité ancestrale existant entre les Français et les Anglais, le fait de venir d’une île tropicale nous met un cran a part, et brise la glace. Lorsque j’étais professeur de français, l’école qui m’employait était très contente de profiter de la diversité culturelle que je leur offrais. Les élèves étaient enchantés de découvrir que la France ne se limitait pas à un pays jouxtant le leur".

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

"Si vous pouvez aller travailler dans un autre pays, faites-le car on ne le dira jamais assez : les voyages forment la jeunesse. Ils ouvrent l’esprit et donnent du plaisir. Personnellement, je suis fière d’avoir fait toutes ces choses et visité tous ces pays. Ca m’a donné plus de confiance en moi et sur un CV, c’est un atout non négligeable. Soyez ouverts et imprégnez-vous de la culture du pays que vous visitez, sinon vous passerez à côté des plus belles expériences de votre vie !"

Que pensez-vous du site www.reunionnaisdumonde.com ?

"En Angleterre, j’ai fait connaissance d’un autre Réunionnais grâce au site ! J’espère pouvoir communiquer et rencontrer d’autres personnes. Je trouve que c’est un idee fantastique. Une anecdote récente : J’étais dans un café Internet à St Denis lorsqu’une équipe de journalistes d’Antenne Réunion s’est installée à côté de moi pour filmer un reportage sur le site Réunionnais du Monde ! A ce moment-là, j’étais justement en train de surfer sur le site. Une journaliste est venue me demander si je voulais bien répondre à quelques questions. Je me suis donc retrouvée par hasard dans le Journal d’Antenne Réunion à faire la promotion du site ! On m’a même vue à l’île Maurice sur le satellite ! C’était très amusant".

Voir leprofil de Sandrine Lauret

Publicité