Publicité

Sébastien Folin, animateur TV, radio et réalisateur d’émissions à Paris

Publié le 15 janvier 2007 France Paris

Arrivé à Paris "avec une simple démo et beaucoup de volonté", Sébastien a su se faire une place dans les plus grands médias français : TF1, TV5 et RTL2. Cet ancien de la radio et de la télé réunionnaise, pur produit des médias locaux, a aussi créé sa propre société de production, qui propose des concepts et des projets : Kaflakour.

Sébastien Folin
"La Réunion est loin de tout. Et pourtant, quand je suis arrivé ici, j’avais le niveau pour faire ce que j’avais à faire".

D’où êtes vous à la Réunion ?

"Je suis né à Madagascar, mais j’ai grandi à Bras-Panon puis à St Denis. Mes parents tenaient une boulangerie dans les Galeries Leclerc, rue Félix Guyon à St Denis".

Racontez-nous vos débuts sur l’île.

"C’est à l’âge de 15 ans que j’ai commencé la radio, à Radio Arc En Ciel, radio associative dyonisienne. Dès que j’ai eu le bac (en 89), j’ai commencé à travailler sur RFM, d’abord le week-end puis rapidement quotidiennement. J’ai ensuite enchaîné les radios pour finir en 96-97 directeur d’antenne de NRJ Réunion".

Et la télé ?

"En 91, Antenne Réunion a commencé à émettre. J’ai travaillé en tout neuf ans sur ce qui a été la première chaîne privée des DOM (chaîne privée officielle puisque bien qu’ayant ouvert la voie , Télé Freedom était une télé pirate !). A partir de 96, j’ai commencé à m’intéresser à la réalisation vidéo. J’ai donc réalisé des documentaires, des reportages et des publicités pour Antenne Réunion et pour ICV Mascareignes".

Dans quelles conditions avez-vous été amené à quitter l’île ?

"Fin 1999, j’ai quitté la Réunion pour rejoindre mon épouse, venue à Paris suivre une école de stylisme. Je suis arrivé avec une simple démo de réalisateur et beaucoup de volonté. Les premiers mois ont été difficiles et les économies ont fondu comme neige au soleil".

Quel a été le déclic ?

"C’est TF1 qui est venu me chercher, alors que je venais de me faire embaucher par Michel Field sur alatele.com, tv sur internet. Je m’occupais de la musique. J’ai d’abord refusé la proposition de TF1 de présenter la météo... Six mois plus tard je les ai rappelé. J’avais fait le tour de la question sur internet. Durant les trois premières années à Paris, j’ai beaucoup réalisé : des magazines pour Paris Première, 13ème Rue et aussi des magazines et des publicités à la Réunion (Orange, Yoplait, Optique de Bourbon...)"

Sébastien Folin

Parlez-nous de vos activités actuelles.

"Je suis actuellement en train de développer ma carrière. J’essaye en tout cas de lier l’utile à l’agréable en multipliant les activités. Le but étant de ne pas s’endormir sur ses lauriers et de garder fraîcheur et spontanéité. Je travaille pour trois médias : TF1 : la météo et Vidéo Gag, TV5 Monde : Acoustic, émission musicale hebdomadaire et RTL2 : les matinales du week-end (6h-9h samedi et dimanche). Par ailleurs, pour être totalement acteur de mon développement j’ai créé en 2004 une société de production qui propose des concepts et des projets : Kaflakour".

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

"Les étoiles, les odeurs, les couleurs".

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

"Ca m’a décomplexé. La Réunion est loin de tout. Et pourtant, quand je suis arrivé ici, j’avais le niveau pour faire ce que j’avais à faire".

Quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses habitants ?

"Paris est une grande ville, donc une ville qui vit à 100 à l’heure et qui génère de la solitude. Les gens sont ouverts mais restent en surface. Ils ne vous invitent pas chez eux aussi facilement qu’on le fait chez nous à la Réunion. Au début, j’avais beaucoup de mal avec ça et je portais un jugement dur sur ce comportement. Et puis rapidement, je me suis rendu compte qu’il fallait que je m’adapte. On reproche souvent à des zoreils à la Réunion de ne pas s’adapter, de vivre entre eux, de porter des jugements hâtifs sur les Réunionnais. Mais au final c’est ce que je faisais moi aussi. Quand on est à 12 000 km de chez soi, on a besoin de repères. La mobilité a ça de bon qu’elle met les choses en reliefs. Tout est plus nuancé".

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

"Essayez de vous blinder dans la tête avant de venir. Ne vous laissez pas bouffer par le quotidien. Ici personne ne t’attends et personne ne se préoccupe de ta petite personne".

Que pensez-vous du site www.reunionnaisdumonde.com ?

"Un main i lave l’autre. Vive la diaspora !"

Photo : Jean-Claude Roca – Copyright : TF1

Lire aussi : Sébastien Folin : actualités 2011 d’un homme de média

Publicité