Publicité

Séverine Léger,étudiante en Droit de l’immobilier à Aix en Provence

Publié le 12 février 2006 France Bouches-du-Rhône

A 24 ans, Séverine est éudiante en Master 2 Droit de l’urbanisme et de l’immobilier à la faculté d’Aix en Provence. Originaire de Saint-Benoît, elle a décidé de quitter l’île il y a trois ans, après avoir obtenu un Deug de Droit à l’Université de Moufia.

Séverine Léger
"Il n’est pas rare d’entendre "oté la Réunion" ou de croiser une connaissance dans les rues d’Aix en Provence".

Comment s’est passée votre installation en métropole ?

"Au début j’ai eu un peu de mal à me faire au climat (en hiver surtout), mais depuis je m’y suis faite et j’ai beaucoup de plaisir à vivre ici. Nous sommes quand même nombreux, nous les Réunionnais à vivre dans le sud de la France. Il n’est pas rare d’entendre "oté la Réunion" ou de croiser une connaissance dans la rue. On arrive à se retrouver entre nous de temps en temps dans l’année grâce aux associations réunionnaises qui organisent des soirées et autres. Et bien sur on garde le contact avec les amis de la Réunion qui vivent ici".

Quels sont vos projets ?

"A l’issue de ma formation universitaire, j’envisage de travailler en tant que juriste immobilier. J’aimerais revenir à la Réunion, mais cela va dépendre des perspectives d’emploi sur l’île. J’envisage aussi de passer l’examen d’entrée au Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats".

Que vous apporte cette expérience de mobilié ?

"Beaucoup en ouverture d’esprit et en maturité. Elle me permets de connaître un autre mode de vie, d’autres mentalités et aussi de visiter la métropole, même si la Réunion me manque. En particulier ma famille, mes amis, les paysages de l’île, les températures agréables toute l’année, les couchers de soleil, la cuisine (ti caris, rougails, bouchons, samoussas...) et toute l’ambiance qui va avec !"


Quelle est l’image de l’île là où vous vivez ?

"Ici, les gens ont plutôt une bonne image de la Réunion. L’île leur évoque généralement les cocotiers, une richesse tant au niveau des paysages (reliefs arpentés, plages) qu’au niveau culturel : le métissage, l’exotisme et la douceur de vivre".

Publicité