Publicité

Virginie Darmalingom à Montréal

Publié le 17 mai 2016 Québec Canada

Installée au Québec avec son mari et ses trois enfants, l’animatrice et comédienne réunionnaise vit sa carrière sans frontière. Sa prochaine destination : le Maroc.


Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis née à Saint joseph mais j’ai grandi dans les hauts à la Plaine des cafres. Puis Saint-Gilles a été ma ville d’adoption pendant 10 ans. Depuis deux ans, je vis à Montréal avec mon mari et nos trois enfants. Animatrice, comédienne, je suis actuellement une formation de design d’intérieur. Je déménage dans deux mois pour Casablanca au Maroc. Le 14 juillet 2016, je fêterai mes 40 ans...

Quel a été votre parcours de "mobilité" ?

J’ai commencé mes études de biologie à l’université de la Réunion après mon Bac mais très vite j’ai eu envie de desaut’ la mer comme on dit en créole. Je suis partie dans le cadre d’ERASMUS en Angleterre à Brighton, où j’ai obtenu une licence de biochimie. Puis j’ai changé de voie pour suivre mon rêve de devenir comédienne. J’ai passé des concours et la vie m’a amenée à Montréal. J’ai obtenu au bout de trois ans mon diplôme de l’école d’art dramatique de l’UQAM section jeu (un bac Québécois). Puis je suis rentrée à la Réunion où j’ai été animatrice, productrice et comédienne. J’ai animé une dizaine démissions dont O féminin, Les bons plans de Virginie, Femme et forme, Tendance...


Avez-vous des anecdotes à partager ?

Ici j’ai chanté dans un refuge à flanc de montagne du Mont tremblant à -25 degrés : Mwin la monté la haut piton fougère avec un chansonnier Québécois. Il y a eu le silence soudainement, le créole qui retentissait dans cet endroit si atypique, l’écoute des gens qui découvraient notre culture et la neige qui tombait… Tout ça m’a fait pleurer...

Que vous apporte l’expérience de la mobilité ?

La mobilité c’est ma vie. Ca doit venir de mes ancêtres qui sont venus de la côte du malabar en tant qu’engagés et qui ont travaillé très fort pour créer leur réussite à la Réunion. Le fait d’être Réunionnaise m’a toujours porté. Cependant dans certains pays nord américains, la diversité c’est d’être noir ou asiatique. Moi je suis issue d’un métissage complexe, ils ne savent pas trop où me mettre... Mais rien de grave !

Quels sont vos projets ?

Je vais finir mes études de designer à Casablanca, allier mon métier d’animatrice TV à celui de designer, continuer aussi mon métier de comédienne et… partager avec les autres où que je sois, via mes posts de bonnes adresses dans le monde sur tweeter, ma page Facebook et Instagram Virginie Darma .

Quels objets de la Réunion avez-vous apporté dans vos valises ?

Les chansons, la musique, et le bocal piment ! Je chante pour mes enfants, pour moi :c’est de cette façon que je fais vivre mon île quand je suis loin… et mi mét’piment ek tout’ même avec la poutine (plat traditionnel d’ici) !

Qu’est-ce qui vous manque de votre île ?

La beauté du métissage, la gentillesse, le sens de l’accueil, l’air, les levers et couchers de soleil, la poésie tropicale de la pluie chaude sur la tôle. Ici j’ai rencontré des Réunionnais qui ont la bougeotte, très courageux de vivre dans le froid du Québec !

Sur le tournage de la série CUT à la Réunion

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de la Réunion ?

Je suis loin, c’est difficile de porter un regard juste peut être... Notre société réunionnaise est jeune, ouverte, métissée, moderne et dynamique car nous sommes choyés par l’Europe. Nous avons en plus des valeurs fortes et propre à notre culture que nous devons à tout prix garder : notre bienveillance pour nos personnes âgées, notre musique, notre langue fleurie, notre cuisine... Aussi il faudrait que nous fassions attention à ne pas perdre le savoir vivre et le courage de nos pépés et mémés. Il faut absolument cultiver notre gout pour le travail, notre gout pour notre Réunion d’amour, il faut encourager les jeunes dans ce sens.

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

C’est une île magique qui fait rêver, un peu mystérieuse, un peu sauvage, tellement loin lorsqu’on est en Amérique du Nord ! Je la décris comme un fantasme alors tout le monde meurt d’envie d’y aller.

Vous même, quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses habitants ?

C’est un pays parfait pour faire ses études, on y trouve une grande ouverture d’esprit dans les domaines de l’apprentissage et du développement personnel. On peut y découvrir son potentiel. J’encourage les Réunionnais à venir faire leurs études ici ! Mais le Québec est en mutation et derrière la façade attirante il y a des fissures. L’angoisse des Québécois est palpable face à une conjoncture qui se dégrade. Du coup dans ce contexte il m’est arrivée de ressentir une tension vis à vis des gens venant s’installer chez eux. 

Le site de Virginie Darmalingom / Sa page Facebook


www.reunionnaisdumonde.com/t/4/Culture-Sorties (930 inscrits) / www.reunionnaisdumonde.com/r/1/Amerique-du-Nord (560 inscrits)


Publicité