Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Jennifer Gabrielle Legros, 23 ans, étudiante en (...)

Jennifer Gabrielle Legros, 23 ans, étudiante en Lettres à la Sorbonne


Après un Bac L obtenu avec la mention TB en 2003, Jennifer a pris la direction de Paris où elle suit de brillantes études de Lettres. Avec une note de 18/20, son mémoire sur l’auteur Alphonse Allais lui a valu les honneurs de la profession et un article dans le journal Ouest-France. Elle est actuellement en Master 2 de Langue Française à Paris IV-Sorbonne.


JPEG - 10.2 ko
Jennifer Legros
"Plutôt que de vous montrer une photo de moi perdue au milieu d’une pile de livres, je préfère vous en montrer une où je suis en vacances sur la côte sud du Portugal. Parce que la mobilité, c’est aussi ça : pouvoir visiter plus facilement d’autres pays. J’ai une immense affection pour l’Europe et j’ai pour projet de poser le pied dans chaque pays de l’Union. Il m’en reste encore quelques uns à découvrir !"

Racontez-nous votre parcours.

J’ai vécu à la Montagne et à la Possession, dans un environnement où, par chance, je n’ai manqué de rien. Après le Bac, j’ai été admise en classe préparatoire d’hypochartes (histoire médiévale) au lycée Henri IV à Paris. J’adorais l’histoire et je pensais vouloir devenir historienne ou conservatrice.

Quels objets de la Réunion avez-vous emporté dans vos valises ?

J’ai amené dans mes "valises", des photos, des cartes postales, une bertelle, des vêtements et des sacs de cette marque réunionnaise qui fait souvent parler d’elle, une marmite à riz et la commode en bambou et paille tressée que j’avais lorsque j’étais bébé.

Racontez-nous vos débuts à Paris.

Lorsque je suis arrivée à Paris pour entrer en prépa, mes parents, très inquiets, ont résolu de me loger dans un foyer tenu par des soeurs, juste à côté du lycée Henri IV. Cependant, les contraintes horaires étaient trop strictes pour moi. Je ne pouvais même pas aller à la séance de 22h au cinéma, le samedi soir. Je suis travailleuse mais j’ai besoin de mes moments de détente et, dans ce foyer, je me sentais oppressée. Au final, j’y ai passé peu de temps car je dormais assez souvent chez mon petit ami de l’époque. Cette expérience a pour aspect positif la certitude que j’ai, à présent, de ne pas mettre plus tard ma propre fille dans ce genre d’établissement sauf si elle le souhaite vraiment.

En ensuite ?

L’année suivante, j’ai emménagé dans un petit deux pièces entre le parc Monceau et le square des Batignolles. Mon quartier était très sympa, vivant. J’y suis restée une année. Puis, je suis revenue dans le Ve où je suis toujours. L’appartement est un peu plus grand, donc j’ai pu adopter un chat dans un refuge. J’avais eu des animaux toute mon enfance à la Réunion et cette présence me manquait beaucoup.

Comment se sont déroulées vos études ?

Assez vite, au contact des autres élèves de classe préparatoire, je me suis aperçue que ma passion pour l’histoire n’était pas aussi forte que la leur. J’ai alors définitivement compris que j’étais en réalité faite pour les Lettres. Je me suis donc réorientée en Lettres Modernes à la Sorbonne, car le système universitaire, plus libertaire, me convenait mieux.

Quels sont vos projets ?

Mon mémoire de Maîtrise, qui portait sur l’humoriste du XIXe siècle Alphonse Allais, m’a ouvert de nombreuses portes. J’ai reçu la Plume d’Argent Alphonse Allais qui m’a été remise par l’Association des Amis d’Alphonse Allais, à laquelle j’appartiens maintenant. J’y fais la connaissance de personnes passionnantes, qu’elles soient connues ou non du grand public. L’an prochain, si tout va bien, j’aimerais intégrer un Master Pro de Lettres Modernes Appliquées afin de compléter ma formation. J’ai la théorie, il me faut de la pratique.

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

Tant de choses... La Réunion est et restera mon lieu préféré sur Terre. Je m’y sens vraiment moi, mais partir offre des expériences de vie inédites. On peut parfaitement se former sur place, bien sûr, mais dans mon cas, je n’aurais pas eu toutes les opportunités qui se présentent actuellement. Par exemple, le journal Ouest-France a réalisé un article sur moi et mes travaux, ce en quoi j’ai été très émue. Le JIR a ensuite rebondi sur cet article et un autre est à paraître dans le Quotidien.

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

Ma famille et mes amis me manquent, évidemment, mais je dois dire que c’est peut-être l’île en elle-même qui me manque le plus. La mer, la montagne, le volcan, toutes ces choses qui continuent à vivre en moi, à distance.

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de l’île ?

Mon regard sur la situation socio-économique est, soyons honnêtes, celui d’une universitaire très éprise de ses recherches et grandement coupée de la réalité. Mais c’est normal, on peut difficilement se préoccuper d’aspects trop matériels lorsque l’on fait ce type de travaux littéraires. On risquerait de perdre l’inspiration, en tout cas, cela aurait cet effet sur moi. J’ai besoin d’être dans ma bulle pour travailler. Je suis bien consciente qu’il va falloir s’ancrer un peu plus dans la réalité, c’est pour cela que le Master Pro me semble une bonne idée.

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

Je ne porte pas sur mon physique mes origines réunionnaises, donc je n’ai pas eu de problèmes d’intégration. Souvent les gens me prennent pour une Ashkenaze, c’est amusant. Je connais des Réunionnais qui m’ont confié que leur couleur de peau pouvait provoquer la méfiance et c’est regrettable.

Avez-vous des contacts avec des Réunionnais ?

J’ai conservé mon groupe d’amis de lycée, tout le monde n’est pas à Paris, mais nous gardons le contact. Et j’ai rencontré d’autres Réunionnais depuis que je suis ici. Cela fait du bien de pouvoir parler de notre éden lointain.

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

J’ai l’impression que tout le monde connaît quelqu’un qui est allé, qui est, ou va à la Réunion. L’image est positive, les gens sont curieux et assez tolérants.

Vous même, quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses habitants ?

Certains Réunionnais ne se font pas à la vie parisienne, mais ce n’est pas mon cas. Bien sûr, il faut faire des concessions, c’est pollué, un peu déprimant et cela manque de nature. Mais la contrepartie vaut la peine. Toutes les semaines, il y a une multitude de nouvelles activités culturelles à tous budgets, ça donnerait presque le tournis ! Et puis, l’idéal est d’aller se ressourcer de temps en temps à la campagne, un bol d’air et c’est reparti.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

Je pense que la mobilité, que ce soit en métropole ou à l’étranger est une expérience fabuleuse. Si on a l’envie et les moyens de la tenter, il ne faut pas hésiter. Par contre, je crois aussi qu’il faut être prêt à faire des sacrifices et ne partir que si l’on est réellement motivé. Parce que, quel que soit l’endroit où l’on se trouve, on ne peut réussir que si l’on s’y trouve bien.

Que pensez-vous du site www.reunionnaisdumonde.com ?

J’y passe régulièrement, surtout pour consulter l’agenda. Je trouve très pratique que les manifestations en rapport avec le 974 y soient centralisées. Et peut-être que bientôt je vais être amenée à y chercher des offres de stages. Ah, et évidemment, j’adore lire les portraits !

Soirée dédiée à Alphonse Allais le 24 mars 2009 à la Sorbonne

Message de Jennifer : J’organise et présente le 24 mars, à la Sorbonne, une soirée exceptionnelle dédiée à Alphonse Allais. Elle comprendra des lectures de ses contes au comique sarcastique par des étudiants et des personnalités. L’Académicien Alain Decaux fera une intervention. Il y aura également de la musique et du dessin en direct. Cela promet d’être un bon moment. En plus, c’est gratuit et ouvert à tous !

En savoir plus : http://www.paris-sorbonne.fr/fr/spip.php?article8902

Voir le profil de Jennifer

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
9786 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik