Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > 1001 Célébrités > HAGGAI Jean-Pierre

HAGGAI Jean-Pierre



Directeur de sociétés, né le 8 février 1941 à Mostaganem (Algérie). Divorcé de la belle-soeur d’Alain Afflelou. Remarié. 4 enfants. Revendique sa qualité de « juif d’origine » (Cinénews, 13 avril 2005). Après avoir passé les quinze premières années de sa vie en Algérie, il gagne la France métropolitaine pour suivre des études secondaires au lycée Henri IV à Paris. Titulaire d’un DESS de sciences économiques à Paris-Panthéon. Diplômé de l’IAE, Institut d’Administration des Entreprises

Il est d’abord “pion” aux lycées Janson de Sailly, Louis le Grand et Charlemagne à Paris, puis recruté par la Compagnie Bancaire à Paris (1968) en tant qu’inspecteur central (1970). Il se rend à la Réunion pour créer et prendre la direction générale de la Société de développement régional de la Réunion (SODERE), de 1970 à 1985, aujourd’hui fusionnée avec la Sofider et rachetée par les Banques Populaires. Il quitte la Réunion en 1985 pour la Direction générale de Tofinso, Société de développement régional du Sud-Ouest à Toulouse, qui fera l’objet d’observations peu flatteuses de la Commission bancaire, notamment en raison de l’absence de provisionnement des risques. Mis en minorité par le conseil d’administration, il est révoqué, laissant la Tofinso exsangue avant que la société disparaisse du réseau des S.D.R. avant d’être reprise par la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées (1984-1996).

Il retourne pour la seconde fois à la Réunion en mai 1996 à la demande d’Abdelaï Goulamaly, industriel réunionnais à l’origine de l’implantation de la Société Française de Radiotéléphone dans l’île, pour assurer à sa place la direction générale de la Société réunionnaise de radiotéléphone (SRR, appartenant aujourd’hui au groupe Cegetel). Au cours de ses activités à la tête de la SRR, il est amené à implanter l’opérateur à Mayotte et à prendre la tête de la SMR, Société mahoraise du radiotéléphone, filiale de la SRR. Il devient en 1997 présidentdirecteur général du groupe SFR-CEGETEL à la Réunion jusqu’à sa retraite en 2006. Il crée alors la société Haggai Conseil Océan Indien et assume la gérance (depuis novembre 2006). Dans le cadre de ses nouvelles activités, il sera délégué général du groupe franco-mauricien Apavou pendant quelques mois (2007).

Autre : Il a été administrateur de Trinité SA de Guy Jarnac, société implantée au Tampon et mise en liquidation judiciaire Au cours d’une émission de RLP, Radio loquace privée, sur RFO Réunion, en mars 2001, il a avoué avoir participé aux barricades de mai 1968 à Paris Son adhésion au Parti Socialiste remonte au 310 soir de la victoire de François Mitterrand à la Présidence de la République, le 10 mai 1981, lorsqu’il sable le champagne à la permanence du PS à Saint-Denis avec Christophe Mitterrand venu faire campagne pour son père. Avec Guy Jarnac, socialiste et ami de François Mitterrand, il rédige la même année le rapport économique de la fédération de la Réunion du Parti Socialiste, « un programme de région autonome ». En dissidence avec les dirigeants locaux de la fédération du PS, il est peu après l’un des dirigeants du mouvement Forum Socialiste, avec Marcel Boissier, Jean-Max Nativel, Yvon Ramassamy et Serge Besson (1982), un « Parti Socialiste bis » destiné à « affirmer une certaine originalité par rapport au PS tout en adoptant l’ensemble de son programme ». La même année, il est président du Cercle d’études socialistes de l’océan Indien, avec le même Serge Besson et Jean-Luc Défaud. Un long parcours dans la mouvance socialiste qu’il qualifie aujourd’hui de « petit engagement à gauche » (Quotidien de la Réunion, 15 janvier 2009).

Changement de cap radical en mai 2005 puisqu’on le retrouve membre de l’UMP Réunion en s’affichant au sein d’un “Comité citoyen pour le Oui” au référendum sur la Constitution européenne aux côtés de Nassimah Dindar, Guy Derand, Frédéric Foucque, Paul Martinel, Nicole Dambreville, Carmen Rodriguez, Fernande Anilha, Thérèse Baillif, Abdul Cadjee, Daniel Sangouma, Jean-René Dreinaza. Depuis février 2007, il est devenu membre du comité collégial de soutien la candidature à l’élection présidentielle de Nicolas Sarkozy, justifiant ainsi sa démarche au sein de l’UMP : « Je suis économiquement passé à droite ; je l’assume. Je dis bien économiquement. (…) J’ai vu les propositions de Mme Royal et je dis que l’on marche sur la tête. Alors que Sarkozy a une vision de l’outre-mer qui me correspond parfaitement » (Quotidien de la Réunion, 17 février 2007)

♥ Il a été cofondateur de l’Association pour le Développement Industriel de la Réunion (ADIR). Président du Groupement régional de la coopération et de la Mutualité Réunion (1982). Membre du Comité Economique et Social Régional de la Réunion (1982). Membre du Conseil Economique et Social à Paris au titre des « personnalités qualifiées » (1997). Administrateur du MEDEF Réunion (jusqu’en juin 2007), porte-parole du syndicat patronal (depuis 2004), président d’Intermetra, association interprofessionnelle réunionnaise de santé au travail, démissionnaire après avoir été mis en cause par la presse nationale en raison d’avantages en nature qu’il s’était octroyés, administrateur de la SHMLR et du CILR (2006-2007). Il a été enfin délégué consulaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Réunion (CCIR), conseiller prud’homal, président de la juridiction de Saint-Denis (2007-2008). Président du BOTC, Bourbon olympique tennis club, en 2006, il a démissionné en mai 2007 après avoir été mis en minorité par son conseil d’administration (mai 2007). Vice-président du réseau Business Angels de la Réunion (avril 2008).

Prise de parole

« Je suis devenu agnostique en politique. Je ne regarde que la réalité du travail politique et si je considère que quelqu’un a fait du bon travail, je voterai pour lui. Il n’y a plus d’absolue frontière entre droite et gauche. Je ne renie rien, mais disons que la politique m’a un peu déçu. Alors, si aujourd’hui on vient me chercher, et il y a eu des sortes d’appels, la réponse est simplement non », « J’ai beaucoup de reconnaissance pour Abdéali Goulamaly. D’abord parce que c’est toujours un ami. Et parce que je considère qu’il a eu cette idée assez extraordinaire de faire venir SFR. Il fallait y penser et oser » (Télé Mag, 26 février 2004).

Distinction

Chevalier du taste rhum de la Réunion (2004). Décoration : Chevalier de la Légion d’Honneur (2006).

Source : Jérôme l’archiviste - Extrait de l’ouvrage Célébrités de la Réunion paru en 2009, basé sur plus de 50 000 documents et archives retraçant quarante années de la vie réunionnaise.

Créer une alerte mail sur ces mots clés

Mots-clés : Saint-Denis , Chef d’entreprise , TIC , Gestion , Conseil , Finance , Algérie
Auteur : 1001 Portraits - janvier 2014

Partez à la découverte des 1 001 célébrités !
OU ?
 
QUOI ?
QUI ?

INSCRIPTION NEWSLETTER

inscrits
NOUS SUIVRE
COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
9790 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik