Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Ludovic Rivière, 24 ans, étudie et travaille depuis (...)

Ludovic Rivière, 24 ans, étudie et travaille depuis deux ans en Chine


"Actuellement en stage d’Audit Financier dans une firme de Shanghai, j’arrive au terme d’un parcours de deux ans en Chine. Je devrais rentrer fin 2007 terminer mes études à l’Ecole supérieure de Commerce de Montpellier".


JPEG - 22.7 ko
Ludovic Rivière
Photo aux cotés des célèbres femmes tatouées de l’île de Hainan.

D’où êtes vous à la Réunion ?

"J’ai vécu un peu aux quatre coins de l’île, mais mes parents sont originaires de la Plaine de Cafres et de Cilaos. À l’heure actuelle je me sens plutôt Avironnais même si je suis domicilié au Tampon. J’ai vécu toute mon adolescence dans cette région de l’île, mes meilleurs amis et mes souvenirs y sont liés".

Dans quelles conditions avez-vous été amené à quitter l’île ?

"Les études m’ont poussé à quitter l’île en 2004. J’étais plutôt retissant mais je n’avais malheureusement pas le choix. J’avais l’impression qu’une bonne partie de mes amis et moi partaient à contre cœur. On appréhendait tous plus ou moins la vie métropolitaine car on ne connaissait que notre petit caillou. Passé ce nombrilisme, on se rend vite compte que la vie à l’étranger n’est pas si mal et qu’elle est pleine de découvertes et aventures".

Quel a été votre parcours ?

"Après un an à l’Ecole Supérieure de Commerce de Montpellier, j’ai eu l’opportunité de continuer mes études à l’étranger dans un échange académique diplômant. J’ai toujours été de nature spontané dans mes choix, je voulais me surprendre moi-même : L’ESC nous avait annoncé l’ouverture de la destination Chine ; j’ai foncé sur l’occasion, alors que je n’avais aucune idée de l’endroit dans lequel je me rendais. J’ai donc pris mon envol en 2005 pour Xi’an".

Racontez-nous vos débuts en Chine.

"On était dix Européens sur tout un campus et 0,1% de la population urbaine devait baragouiner l’anglais. Le dépaysement total et l’impression de ne rien comprendre de ce qui se passe autour… J’étais une cible parfaite pour les Chinois. J’ai mis un mois pour passer un coup de téléphone à la Réunion, trois mois pour avoir une connexion Internet, et j’en passe… Un vrai No man’s land pour jeune « laowai »".

Cela n’a pas été de tout repos…

"J’ai aussi subi une arrestation infondée. Une nuit de garde à vue, des fausses dépositions, des faux témoignages, un faux procès et un onéreux dessous de table m’ont amené à déménager et à passer un semestre à Chengdu dans la province du Sichuan. Ce furent six mois de pur bonheur. J’étais entouré de gens merveilleux, ce qui m’a donné l’idée de passer une année de césure supplémentaire en Chine".

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

"Je considère que la mobilité est enrichissante autant sur le plan humain que professionnel ; cela nous donne assez de pragmatisme pour affronter des situations difficiles et on développe un regard différent et plus réfléchi sur le monde qui nous entoure".

JPEG - 15.8 ko
Ludovic Rivière
Ludovic en visite à Song Pan, dans le district tibétain.

Quels sont vos projets ?

"Mes projets concilient de manière contradictoire une vie posée (voire pépère) et la vocation de manager ou consultant financier dans un contexte international. Dans un premier temps, dès l’obtention de mon diplôme, je souhaiterais me poser quelques années en Europe ou ailleurs et repartir de plus belle dans une vie de globe trotter quand je me serai fait assez d’expérience professionnelle. Le retour à la Réunion ne s’impose pas pour l’instant. J’espère faire mes débuts à l’étranger, sans devoir changer de vie chaque semestre ou chaque années. Le perpétuel déracinement est difficile à vivre : trop de mobilité tue la mobilité".

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

"Tout ce qui a trait à la Réunion me manque, ma famille,mes amis, la nature, la gastronomie, le rhum arrangé de mémé, les pique-niques, la chaleur, la société pluraliste et multiculturelle (un exemple pour le monde entier), sans oublier notre endémique far a paupière".

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de l’île ?

"Grâce au passeport mobilité, j’ai la chance de rentrer chaque année à la Réunion. Je me rends compte qu’il y a un évident malaise social qui progresse d’année en année par l’absence de mesures concrètes. Notre taux de chômage (28-30%) est beaucoup trop élevé, ce qui est honteux vis-à-vis des autres départements français. Que serait l’île sans l’assistanat et l’injection de fonds européens (dont je profite largement ceci dit) ? Le tourisme qui reste l’une des principales ressources de l’île doit faire face à des phénomènes naturels dévastateurs. La situation économique de l’île repose sur des assises trop fragiles. C’est une épée de Damoclès qui pend au dessus de chacun d’entre nous et malheureusement il n’y a pas grand-chose à faire. (C’est moi qui ai dit ça ?)"

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

"Quand je dis « liu ni wan dao » aucun Chinois ne peut situer, ni même imaginer. Alors la plupart du temps je dis « à coté de Madagascar et de l’Afrique du sud ». A leur grande surprise je ne suis pas « assez noir de peau », je ne porte pas de lance, et je ne grimpe pas aux arbres. Et oui, les Chinois de Chine ont une idée assez limitée et péjorative de l’Africain moyen".

Vous même, quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses habitants ?

"Shanghai est une très grande ville avec tous les défauts induits : démographie, pollution, stress, gens peu hospitaliers… A l’opposé, la Chine de l’ouest n’a rien à envier aux régions les plus développées. La vie y est nettement plus simple, les paysages sont beaux, l’air est frais, les gens sont très ouverts et amusants. Ils savent cultiver un art de vivre 100% zen et j’y ressens toute une « réunionité ».
De manière générale les Chinois ont gardé des séquelles d’un récent et très douloureux passé. Même s’ils sont désormais ouverts sur le monde, ils doivent encore faire face à un gouvernement peu scrupuleux et à une censure démesurée. Le système est corrompu et les victimes ne sont jamais les plus aisées".

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

"Testez l’international. Vous êtes jeunes, vous aurez tout à y gagner… En allant voir ailleurs, j’ai pu me découvrir moi-même. C’est quelque chose que je souhaite à tous les Réunionnais, en particulier ceux qui souffrent de leur situation précaire. Leur chance peur tourner, il suffit de voir sur le site Réunionnais du Monde, dans la rubrique « portraits », ceux qui ont tout laissé pour créer quelque chose ailleurs".

Voir le profil de Ludovic

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
9796 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik