Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Olivier Araste, leader du groupe LINDIGO, en (...)

Olivier Araste, leader du groupe LINDIGO, en tournée à Madagascar


Grâce au Programme d’Appui Réunionnais au Système Educatif Malgache (PARSEM) et au réseau des Alliances Françaises de Madagascar, le groupe réunionnais Lindigo a effectué une tournée dans les Alliances du Nord-Ouest malgache à la fin du mois de septembre 2007. Plus qu’une simple tournée, c’est un véritable voyage initiatique et un retour aux sources pour ces artistes défenseurs du métissage ancestral qui unit les deux îles. Entretien avec le leader Olivier Araste, traduit du créole au français.
Propos recueillis par Annaig Idee, coordinatrice PARSEM


JPEG - 12.5 ko
Olivier Araste
Le groupe réunionnais Lindigo en tournée à Madagascar : le métissage entre les deux îles raconté en musique.

Quel est ton parcours personnel ?

"Depuis que j’ai huit ans je suis sur scène. Je jouais un peu de tout dans le groupe de mon frère : percussions, guitare… Je faisais aussi de la danse folklorique et on avait même participé aux Jeux des Iles de l’Océan Indien ici à Madagascar en 2001. La première tournée que j’ai faite c’était en Corse, avec deux ou trois autres du groupe actuel".

Comment le groupe Lindigo a-t-il vu le jour ?

"A l’age de seize ans, j’ai fondé Lindigo. On faisait surtout du maloya traditionnel, un peu partout à la Réunion sur les scènes de quartiers. Puis on a commencé à métisser notre musique en maillant nos influences réunionnaises, malgaches et indiennes dans un maloya renouvelé. Après une deuxième tournée dans les Alliances Françaises de Maurice, Madagascar et Afrique de l’Est en 2004, on a sorti notre premier album, « Misaotra Mama » (« Merci Maman »). Ca a été une véritable révélation à la Réunion, on a pris notre envol à partir de là. En 2006, on a fait 100 dates à la Réunion. On a aussi été la révélation locale du Sakifo festival. Dans la foulée on a sorti notre deuxième album « Zanatany » (« Enfant de la terre ») et on a vendu 5000 albums, ce qui est un succès pour nous".

Dans votre musique, vous revendiquez vos origines malgaches et vous chantez le métissage entre la Réunion et Madagascar. Vous venez de vous produire ici à Tananarive, et vous vous apprêtez à effectuer une tournée dans la province malgache. Pensez-vous que cette tournée apportera quelque chose au peuple malgache, et si oui, quoi ? Et qu’apportera-t-elle au groupe lui-même ?

"Tous les membres du groupe ont des origines malgaches. Tous. Personnellement, mon grand-père parle malgache et j’ai de mon côté effectué plusieurs voyages ici à Madagascar. Pour nous, « quand ou koné ou sa ou sort’, ou koné ousa ou sava ». C’est notre credo. C’est pour ça que vous nous faites un gros cadeau en nous permettant de faire cette tournée. On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, mais si on est amené à se produire dans le monde, c’est important que les Malgaches d’abord connaissent et aiment notre musique. C’est une question de respect. On a besoin de faire nos preuves ici avant tout et de savoir que Madagascar est avec nous, nous soutient".

Pour quelle raison ?

"Pour le groupe, c’est essentiel de poser le pied sur la terre des ancêtres. La plupart des membres sont ici pour la première fois. Ils apprennent à mieux connaître leur identité et les origines qu’ils chantent. En travaillant avec le groupe malgache les « Tambours gasy » ces derniers jours, ils ont appris à mieux connaître la musique malgache et ses rythmes. Du coup, ils comprennent mieux le sens du travail qu’on fait en répétition, et pourquoi je leur impose telle et telle technique contre leur gré parfois. Finalement je crois que ce voyage donnera plus de caractère à notre musique et rendra le groupe plus soudé aussi".

Que souhaites-tu pour l’avenir de votre musique ?

"Le maloya revient à la Réunion, et pour moi c’est un grand pas. Je voudrais qu’il revive encore plus, que les Réunionnais « i met’ zot misik en l’air ». Et en ce qui me concerne, « mi fé la misik ziska tan mon zié i ferme ».

Propos recueillis par Annaig Idee
Ecoutez Lindigo sur la Web Radio Akout (cliquer sur le logo en haut à droite)

LINDIGO AU FESTIVAL AFRICOLOR LES 30 NOVEMBRE ET 2 DECEMBRE

« Quand tu sais d’où tu viens, tu sais où tu vas » : telle est la devise de ce jeune groupe fondé en 1999, qui creuse les racines du maloya avec un regard tourné vers Madagascar, son langage et ses traditions. En effet, nombre d’habitants de la Réunion comptent parmi eux des ancêtres malgaches, venus de gré ou de force.

Zanatany (enfants du pays), le titre du deuxième album de Lindigo, décrit leur parcours aux sources malgaches du maloya. C’est en écoutant le Raw Kaf ou Gramoun Lélé que le déclic s’est produit et que la langue malgache, écoutée dans l’enfance sans trop y prêter attention, est devenue une terre promise. Plusieurs voyages auront raison de leur curiosité et sauront insuffler à leur message ce qu’il faut de vérité et de vécu. Influencée par les ‘servis kabaré’, les cérémonies en l’honneur des ancêtres, la musique de Lindigo est très proche de la transe. Véritable découverte de notre précédente édition, ce moment fort d’africolor 2006 s’est révélé comme un coup de tonnerre à la toute fin du festival et Lindigo est reprogrammé tout naturellement pour deux soirées, afin d’aider à la mise en orbite de ce groupe à l’avenir prometteur.

Retrouvez la Fiche Artiste de Lindigo sur Akout.com

GIF - 2 ko

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
9774 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik