Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Clément Payet, étudiant et catcheur au Québec

Clément Payet, étudiant et catcheur au Québec


Partie pour une année sabbatique quand il avait 16 ans, la famille Payet s’est finalement posée depuis sept ans à Sherbrooke, où Clément étudie pour gérer l’entreprise familiale qui fait le pont entre la Réunion et le Québec. Récit d’un parcours hors du commun...


Pouvez-vous vous présenter ?

Clément Payet, 23 ans. Je suis né à Saint-Pierre. J’ai quitté la Réunion à 16 ans pour suivre mes parents qui voulaient prendre une année sabbatique. Ça fait maintenant sept ans que je suis au Québec avec mes parents et ma sœur. Actuellement au Cégep de Sherbrooke en Gestion de Commerce, j’étudie pour apprendre à gérer mon entreprise plus tard. Je travaille aussi dans une salle de sport pour payer mes dépenses d’étudiant… et je suis catcheur dans différents championnats !

L’année sabbatique s’est prolongée…

Déménager en plein hiver au Québec... pas une bonne idée (ahahah) ! Mais nous nous sommes beaucoup plu ici. Pour l’école aussi, c’était plus facile pour ma sœur et moi, mes parents sont resté avec nous. D’un point de vue personnel, ce déménagement a été une expérience enrichissante. Cela m’a fait voir une culture différente ainsi que des façons de faire différentes des nôtres.

Quels objets de la Réunion avez-vous amené dans vos valises ?

On est parti relativement léger, avec des vêtements pour la plupart, le reste a été acheté ici. J’ai mes guitares avec moi et un Kayamb que mes parents m’ont ramené l’année dernière. J’ai la chance d’avoir mes parents et ma sœur avec moi. J’ai un oncle de la Réunion qui est ici aussi et des cousin(e)s. J’ai récemment rencontré un autre Réunionnais qui fais du catch également à Chicoutimi, à 4h30 de route environ.

Parlez-nous de la région où vous vivez.

Je vis dans une très belle province ! Sherbrooke est une jolie ville, ni trop grande, ni trop petite à mon goût. Précisément, je vis à Cookshire Eaton, à 15 minutes en voiture, un peu plus à la campagne. Les gens sont vraiment sympathiques et accueillants et j’ai eu de la chance de rencontrer des personnes qui comptent beaucoup pour moi. Je recommande la visite de l’Estrie si vous avez envie de venir au Québec !

Quels sont vos projets ?

J’aime mon île, mais je pense que j’ai plus d’opportunités ici pour le travail. Mes projets sont de finir mon parcours scolaire en premier lieu, normalement en mai 2020. Ensuite, je ferai partie à temps plein de l’entreprise que l’on a démarrée avec mes parents, qui je l’espère fera parler d’elle au courant de l’année à La Réunion... Je n’en dis pas plus sur l’entreprise familiale car elle démarre. On vient de faire une étude de marché qui a eu des résultats positifs. Disons juste que l’on va emmener des saveurs du Québec jusqu’à La Réunion… Sinon, j’aimerais beaucoup essayer de catcher sur l’île un jour. Et bien évidement, rentrer le plus souvent possible à la Réunion pour revoir la famille.

Parlez-nous de votre passion pour le catch.

Je suis catcheur du style WWE (on dit lutteur ici). Mon personnage vient du fait que l’on me posait pleins de questions du style : "Avez vous l’eau courante là bas ?". J’ai donc décidé de pousser les clichés à fond et ça a donné un catcheur avec un style polynésien. Mais je m’annonce de la Plaine des Sables sur L’île Bourbon pour promouvoir l’île à ma manière... J’ai déjà été champion à l’Académie de Lutte Estrienne, la fédération dans laquelle je me produis le plus souvent. Je compte aller le plus loin possible, toujours en parlant de la Réunion.

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

Beaucoup de choses : la nourriture, ma famille, mes amis, la musique aussi. Je n’étais pas un fan de séga et de maloya, mais quitter la Réunion m’a fait prendre conscience de mon héritage culturel et de mon identité en tant que Réunionnais. J’écoute maintenant souvent de la musique locale. Les randonnées aussi me manquent, on a une belle île pour ça. Je me rends compte qu’on ne prend pas assez le temps de voir et de visiter notre île quand on y vit. Elle est magnifique et on a de la chance de venir d’un endroit pareil.

Quelle est la réaction des Québécois quand vous dîtes que vous venez de la Réunion ?

Il y a la petite phase curieuse habituelle : "Où c’est ?" "Pourquoi tu es là ?" Pour ceux qui connaissent, c’est une île paradisiaque où il fait bon vivre. Je me fais traiter de fou quand ici il fait -20 ou moins encore et que je dis que je viens de là… J’ai joué beaucoup avec le fait de venir d’une île, pour m’amuser. J’ai déjà fait croire à quelqu’un que la glace pour nous, ce n’était que dans les films, mais pas sur l’île car il fait trop chaud. J’aime parler créole et notre langue me fait rire parfois. Alors quand je me met à parler créole et que je rigole, c’est un peu dur d’expliquer ça aux personnes ici...


Voir aussi : www.reunionnaisdumonde.com/r/1/Amerique-du-Nord (590 inscrits)

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
10391 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik