Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Marie Emilie Deletre (Emy), chanteuse et directrice

Marie Emilie Deletre (Emy), chanteuse et directrice artistique dans le 93


Sous le pseudonyme EMY, cette jeune réunionnaise, artiste aux multiples facettes, entame une carrière solo et s’apprête à publier un album intitulé "Réunion". A 27 ans, titulaire d’un MBA en métiers des sports, Emy a accumulé une solide expérience de professeur de danse, directrice artistique (coaching scénique, mise en scène, chorégraphie), chanteuse… Son 1er single "Dors" a été choisi pour populariser le 08victimes dans le cadre de la Journée européenne pour les victimes le 22 février 2011 à Paris.


JPEG - 23.3 ko
Emy Marie Emilie Deletre

D’où êtes-vous à la Réunion ?

Je suis née à Sainte-Clotilde, Saint -Denis. J’ai passé 18 très belles années
dans une famille modeste dans laquelle je n’ai manqué de rien. C’est
d’ailleurs mon père, préparateur physique et éducateur sportif qui m’a initié
au sport dès mes trois ans, encadrée par une maman qui veillait au bon équilibre
école/sport.

Dans quelles conditions avez-vous quitté l’île ?

J’ai quitté l’île après l’obtention de mon bac. J’ai toujours senti que je
ferai de grandes choses et j’avais depuis longtemps le désir d’aller me
former en métropole afin d’y représenter fièrement la force réunionnaise.
Grâce à l’aide mobilité de la Région et à ma bourse d’études du Conseil
Général, j’ai pu concrétiser mes aspirations.

Quels objets de la Réunion avez-vous apporté dans vos valises ?

Je suis bien sûr partie avec mon pilon dans mes bagages ! Quelle
Réunionnaise je serais sans pilon… Au-delà des objets, je suis
surtout partie avec mon origine gravée dans ma peau et cela ne me quitte
jamais

Quel a été votre parcours ?

J’ai commencé par suivre mon cursus scolaire dans une grande école de commerce.
C’était une expérience enrichissante quant à l’enseignement que j’ai reçu,
mais très dure à vivre moralement. Malheureusement, les années défilent mais
pas les mentalités : il faut sans cesse prouver qu’on a sa place et dispenser
des cours de géographie pour resituer la Réunion. J’ai des anciens
camarades de classe qui croient toujours que j’ai un lion qui s’appelle
Simba qu’on élève en pleine nature !

Et ensuite ?

J’ai commencé à donner des cours de danse sur Paris et n’ai jamais arrêté
depuis. J’ai vécu des expériences inoubliables aux côtés d’Alesha DIixon pour
les NRJ music tour par exemple mais j’ai surtout pris beaucoup de plaisir à
faire de la direction artistique. J’ai chorégraphié Imélie Monteiro, formé
Gary Fico qui aujourd’hui a sa carrière solo et plus dernièrement
chorégraphié le show de Wayne Beeckford pour qui j’ai fait les chœurs sur ses
dates européennes : Taratata, Rock en Seine... Enfin Tempus Fugit, avec qui j’ai travaillé longtemps pour le coaching scénique des artistes (FIJ, PASHA...), m’a offert la chance de commencer une
carrière solo que j’ai saisie immédiatement.

Emy : son single "Dors" pour les victimes de violence

Quels sont vos projets ?

Je prépare mon album, "REUNION", dont j’écris tous les textes. Forte de mon expérience professionnelle, je me sens sereine
pour m’occuper de moi et arriver sur le marché du disque avec une
proposition riche en influences musicales : du r’n’b au rock en passant par
le maloya. Mon album est engagé mais toujours positif ; je parle de choses
dures, de combats, de force mais je remercie aussi beaucoup pour ce que la
vie m’a apporté. J’ai la chance incroyable d’être bien entourée. Je vais réenregistrer « Oté grand-mère » avec Frederic Joron qui me fait
l’honneur de participer à mon album mais surtout je vous prépare un
deuxième single, Réunion, que vous ne pourrez pas oublier.

Que vous apporte l’expérience de la mobilité ?

Je réalise à quel point je suis fière de la Réunion, de l’exemple humain
que l’on représente dans le monde par notre capacité à cohabiter tous
ensemble et se sentir réunionnais malgré tout. On ne se rend pas assez
compte que c’est un trésor que les autres n’ont pas. Je ressens le besoin
d’être porte-parole pour mon île. J’ai acquis l’expérience et la légitimité
dans mon milieu par cette mobilité rendue possible grâce au soutien des
administrations de mon île et c’est un cadeau qu’on n’oublie pas !

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

Mes parents me manquent cruellement, ma famille et mes amis aussi bien
entendu. Mais au-delà du sang, les gens me manquent, l’odeur de mon pays,
manger, regarder à gauche et voir la montagne, à droite voir la mer !

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de l’île ?

Je trouve que la Réunion fait de son mieux pour s’intégrer dans l’Europe.
Même si la situation de l’emploi n’est pas reluisante, les Réunionnais
essayent de trouver des solutions (vente directe, création d’entreprises...)
mais cela reste dur ! Dépendante de la situation économique mondiale, des
crises du BTP, des carburants et autres, l’île n’est pas dans une situation
idéale. Manque de transparence, corruption, abus de pouvoir sont des
problèmes récurrents malheureusement à la Réunion. Cependant, l’idée de
créer un futur réunionnais européen, notamment en reprenant en main
l’éducation, prouve qu’il faudra compter avec nous.

JPEG - 16.1 ko
Emy

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la
Réunion dans votre parcours ?

Les seuls inconvénients auxquels je dois faire face sont des maux trop
réputés et populaires : racisme et préjugés. Il faut toujours prouver qu’on a
les mêmes livres qu’en métropole et que notre diplôme n’est pas tropical !
Du coup, l’avantage de venir de la Réunion, c’est la force d’esprit.

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

La Réunion est perçue comme une terre de partage et de tolérance. Et grâce à
mes talents de cuisinière, un pays où il fait bon manger. Notre récent
classement à l’Unesco a fait beaucoup parler de nous.

Vous même, quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses
habitants ?

J’habite actuellement dans le 93, à la Plaine Saint-Denis, qui est très
cosmopolite. Je m’y sens bien et d’un point de vue professionnel, j’ai envie
d’y apporter ma griffe par l’ouverture d’une école de danse prochainement,
dans cette ville où il y a peu d’infrastructures sportives. Je vis dans une
ville précédée par sa réputation, mais on connait bien ce phénomène à la
Réunion ; c’est juste une ville qui a besoin d’être écoutée.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

Je leur dirais de porter au plus haut les couleurs de la Réunion : croyez en
vos rêves car ils ne sont pas du tout inaccessibles et même s’ils sont à plus
de 10 000 km ! Encore une fois, nous avons un avantage sur le monde : le
métissage est partout et se répand, mais nous, on a toujours été métissé, on
n’en a pas peur et on en connait les codes. Nous avons du talent dans tous
les domaines. J’ai confiance en la jeunesse réunionnaise.

Que pensez-vous du site www.reunionnaisdumonde.com ?

Je suis contente qu’un tel site existe car nous nous devons de relayer
l’information. Je serai heureuse que nous puissions collaborer ensemble dès
que mon actualité le suscitera. J’apprécie le fait que vous me fassiez
confiance et j’en serai digne !

Lire aussi : Emy : son single "Dors" pour les victimes de violence

Voir le profil de Marie Emilie Deletre

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
9637 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik