Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Stéphanie Anilha, 23 ans, en stage de MBA dans les (...)

Stéphanie Anilha, 23 ans, en stage de MBA dans les hôtels Neemrana en Inde



JPEG - 28.4 ko
Stéphanie Anilha
Stéphanie, sa mère et son cousin lors d’une réception à l’ambassade de France à Delhi : "L’Inde est une expérience à la fois difficile et délicieuse".

Racontez-nous votre parcours.

"Je suis originaire de Sainte Clotilde, d’une famille plutôt modeste. J’ai quitté l’île après le Bac pour passer une licence de LEA en métropole. Après et une expérience de réceptionniste aux Etats-Unis, j’ai décidé de m’orienter vers l’hôtellerie et j’ai intégré un MBA dans une école de tourisme. Je suis actuellement en stage de fin d’études en Inde, dans le groupe Neemrana Hotels où je m’occupe de « Cost Control » et d’audit financier".

Pourquoi avoir décidé de quitter l’île ?

"J’ai voulu faire des études qui me mèneraient très loin, afin de pouvoir revenir à la Réunion et d’y vivre aisément. La vie à la Réunion est très chère et le taux de chômage très élevé. Sans diplôme ni expérience gratifiante, aucune porte ne s’ouvre à vous. J’ai voulu mettre toutes les chances de mon côté".

Et pourquoi l’hôtellerie ?

"Après trois ans d’études en Métropole, je ne savais plus très bien où j’allais. Plutôt que de tout laisser tomber pour chercher un emploi, j’ai préféré prendre une année sabbatique pour me remettre en question. Une année qui n’a pas vraiment été sabbatique d’ailleurs, puisque je suis allée travailler en Floride aux Etats Unis, en tant que réceptionniste dans un hôtel. Le monde de l’hôtellerie m’attirait déjà depuis un moment. Mon rêve est d’ouvrir une résidence hôtelière à La Réunion et cette expérience m’a confortée dans cette idée".

Qu’avez-vous fait ?

"De retour en France, j’ai intégré l’Ecole de Savignac (Ecole supérieure des cadres et des dirigeants de l’industrie hôtelière), où je prépare actuellement un MBA en Hospitality Management. Je serai diplômée en juin prochain".


Quels sont vos projets ?

"Trouver un emploi dans l’Océan Indien. Etant donné la situation actuelle de l’île sur le plan touristique, il est difficile pour moi d’y trouver un emploi. Toutes mes demandes sont d’ailleurs restées sans réponse. Je souhaite donc débuter ma carrière ailleurs, tout en étant à proximité immédiate de la Réunion pour saisir la moindre opportunité professionnelle".

Que vous apporte cette expérience de mobilité ?

"Une ouverture d’esprit extraordinaire et une expérience humaine autant que professionnelle fabuleuse. Vivre en Inde, c’est apprendre l’humilité, la tolérance, accepter le gouffre culturel qui existe entre soi et l’autre. C’est un énorme travail sur soi même, il faut chaque jour repousser ses limites et oublier son mode de vie pour en adopter un totalement opposé. Les Etats-Unis faisant partie de ce que l’on nomme l’Occident, ne m’ont pas autant marquée. L’Inde est une expérience extrêmement difficile et délicieuse".

Quel est votre regard sur la région où vous vivez et ses habitants ?

"J’ai passé trois mois à Delhi, ville sale, bruyante et dangereuse la nuit tombée. Je suis maintenant à Pondichéry où je retrouve la Réunion de mon enfance : maisons de style colonial, filaos à perte de vue, boire de l’eau de coco à la paille. Les Indiens sont d’une sérénité incroyable, rien ne semble les atteindre et ils sont heureux avec peu de choses. Mais je dois avouer que j’aimerais parfois qu’ils soient un peu plus actifs et professionnels".

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

"La tolérance ! Etre réunionnais, c’est côtoyer au quotidien des personnes de religions et d’origines différentes. C’est surtout comprendre et accepter ces différences. J’ai souvent été choquée par le comportement de personnes de mon age, qui n’acceptent pas la différence et font preuve d’un ethnocentrisme insoutenable".

Qu’est-ce qui vous manque de la Réunion ?

"Ma famille, mes amis. Il y a quelques temps j’aurais dit la nourriture, mais j’ai trouvé mon bonheur en Inde. Ce qui me manque encore plus, c’est cette entente entre différentes cultures et religions, que je n ai retrouvée nulle part ailleurs".

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de l’île ?

"Je pense que la Réunion est en grande difficulté économique. Il faut donner leur chance aux créateurs d’entreprise et trouver le moyen de relancer l’économie. Le coût de la vie augmente sans arrêt mais les salaires sont figés, les gens s’endettent. J’ai l’impression que l’écart entre les classes aisées et les classes défavorisées se creuse de plus en plus. C’est pour ça que les jeunes partent tenter leur chance ailleurs. On a beau faire de grandes études, aucun poste ne nous est offert".

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

"Une expérience à l’international apporte beaucoup de choses, tant sur le plan professionnel que personnel. Même si je sais que tout le monde n’a pas les moyens de partir, je pense que c’est un investissement qui en vaut la peine. Vivre à l’étranger permet aussi de se rappeler ou plutôt de prendre conscience de combien la vie est facile en France, et de tous les acquis sociaux dont nous disposons".

Que pensez-vous du site www.reunionnaisdumonde.com ?

"Très bonne idée ! Cela permet de rencontrer des Réunionnais où que l’on soit dans le monde, et surtout d’avoir des contacts avec des professionnels de tous secteurs".

Voir le profil de Stéphanie

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
9630 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik