Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Sandrine Parnois, chef d’entreprise en Seine et (...)

Sandrine Parnois, chef d’entreprise en Seine et Marne


Chargée de relations pour le MEDEF de Seine et Marne, Sandrine Parnois née Francia a monté son entreprise, Businext’Home, primée en 2012 par le Conseil régional d’Ile de France. A 39 ans, diplômée d’un DESS en aménagement du territoire option tourisme, elle a affuté ses armes professionnelles tour à tour au Syndicat de l’industrie hôtelière, au Comité du tourisme de La Réunion, au sein du groupe Casino, du parc Astérix et chez Disney.


JPEG - 17 ko
Sandrine Parnois

Racontez-nous votre parcours.

Je suis née à Paris en 1973 et j’ai quitté la Métropole six ans plus tard avec ma soeur, mes parents originaires de la Réunion ayant demandé leur mutation sur l’île. Ma mère était enceinte de mon petit frère. Je me souviens qu’à mon arrivée dans ma nouvelle classe de Bois de Nèfles Saint Paul, je voulais repartir parce que je ne comprenais pas "l’anglais". En fait on me parlait en créole... et je me suis vite prise au jeu quelques jours plus tard ! Mon premier mot que je sortais à tous les coins de rue : "Aster". Les enfants qui venaient à l’école pieds nus m’ont marqué aussi : je me souviens avoir dit à ma maman que je voulais faire comme eux parce que j’avais chaud dans mes chaussures.

Dans quelles conditions avez-vous quitté l’île par la suite ?

A 18 ans, j’ai voulu comme la plupart des jeunes de mon âge quitter les parents pour vivre mon "indépendance" loin d’eux. J’ai fait en sorte de choisir une discipline qui n’existait pas à la Réunion. Ma mère m’a tout de même accompagnée sur Lyon où j’ai débuté mes études. Nous avions, étant donné notre éloignement avec la Métropole, droit à un logement universitaire. J’ai donc quitté la Réunion en emportant mon sourire et ma chaleur... qui me suivent encore selon mes copains "métropolitains".

Comment cela s’est-il passé ?

A mon arrivée en cité universitaire à Lyon, je me souviens que la première chose que j’ai faite, c’est de retrouver des créoles dans l’immeuble. Peut être pour me sentir moins seule et partager des rayons de soleil ! Nous nous sommes retrouvés en groupe d’une dizaine de personnes, autour de dîners ou déjeuners créoles dans la cuisine de la cité U. Puis les années ont vite défilé : DEUG, licence, petits boulots, petits copains, maitrise et retours à la Réunion à chaque fin d’années scolaires pour recharger les batteries...

Et ensuite ?

Dernière étape : un DESS à Poitiers. Pendant cette année universitaire, j’ai fait un stage de quatre mois au Guatemala. De retour en France suite à ce stage, le même jour à l’aéroport j’ai pris un billet pour la Réunion. Je crois que j’ai vraiment pris conscience de mes racines réunionnaises à ce moment là. Mon île me manquait terriblement, et pourtant je n’y suis restée que trois années après mes études, l’appel du travail étant sans doute plus fort.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Je vis en France depuis 12 ans. Mariée, maman de deux adorables enfants de 6 et 9 ans, j’ai occupé des postes au Comité du Tourisme de la Réunion à Paris, au sein de parcs d’attraction puis au MEDEF avant de créer mon entreprise. Aujourd’hui, Je suis dirigeante de Businext’ HOME, une plateforme qui connecte entreprise, propriétaire ayant une chambre à louer à bas coût, et salariés ou stagiaires à la recherche d’un hébergement à proximité de leur entreprise où ils ont trouvé un travail. Grâce à « Businext Home », nous apportons une réponse concrète à la problématique de trajet (domicile souvent trop éloigné du travail, inflation du carburant,) et répondons en partie à celle de la crise du logement (logement difficile à trouver par manque de temps et/ou souvent très coûteux pour un jeune salarié débutant par exemple). Grâce à ce réseau, chaque partie prenante est gagnante. La société a été primée par le Conseil Régional d’Ile de France pour son innovation le 25 mai dernier. Je suis également présidente d’une association pour enfants diabétiques : DIDi & Diabeline, qui vient en aide aux familles, apporte du réconfort et organise des rencontres avec les professionnels de santé. Nous recueillons toute forme de dons pour apporter un peu de bonheur aux enfants qui jonglent avec leur maladie au quotidien.

JPEG - 113.4 ko
Sandrine Parnois

Que vous a apporté l’expérience de la mobilité ?

La mobilité finalement, je l’ai vécue deux fois : après le baccalauréat et après les études universitaires. La richesse et la diversité de notre île dans la langue, la culture, la cuisine, le métissage nous apprennent à être tolérants et humbles dans la vie. Vivre avec cette expérience nous fait avancer où que l’on soit dans le monde. J’inculque ces valeurs à mes enfants en leur parlant de la vie à la Réunion, en leur montrant des photos, des images, des vidéos. Si la Réunion parait lointaine, chère et inaccessible, je fais régulièrement pour les amis et la famille du punch réunionnais que je partage autour de tables joliment décorées (une de mes passions).

Quels ont été les avantages / inconvénients du fait de venir de la Réunion dans votre parcours ?

Je me rappelle qu’on parlait de "diplôme cocotier" il y a encore 15 ans et il fallait se battre pour montrer ce qu’on savait faire. Mais aujourdh’ui je peux vous dire que le fait de venir de loin renforce le caractère et l’esprit... et c’est un bel avantage dans le milieu de l’entreprise. Je parle en connaissance de cause, participant à des recrutements. Le savoir-être est de plus en plus sollicité en entretien. Les diplômes ne font plus tout !

Avez-vous des contacts avec des Réunionnais ?

Le téléphone et les lettres postales faisaient le lien avec la Réunion (sans oublier les colis pays). Les réseaux internet ont renforcé ces liens. Mes parents, mes cousins, mes oncles et tantes sont avant tout mes premiers liens. Mais aujourd’hui, cela m’intéresserait de me rapprocher d’une association d’enfants diabétiques pour échanger. Je suis persuadée qu’il y a des choses à faire ensemble.

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de l’île ?

Je n’ai pas l’occasion de lire de journaux de la Réunion. Ma mère m’envoie surtout des images du volcan quand il est en éruption. Au moins lui ne chôme pas et est toujours en activité ! Ici quand on entend parler de la Réunion, c’est à cause du Chaudron qui brûle en raison du prix du carburant. C’est dommage de réduire l’information à ces faits parce que je suis sûre qu’il y a de très belles initiatives sur l’île qui demandent à être connues. Je serais ravie de rencontrer des entreprises ou projets innovants qui ont été primés par le Conseil Régional ou départemental de la Réunion.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes Réunionnais ?

Croyez en vos projets (professionnels, associatifs, personnels), faites les évoluer sur l’île ou ailleurs. Nous sommes tous des graines de talents, peu importe d’où l’on vient.

Souhaitez-vous faire passer une offre sur le site ?

Notre société met à disposition des chambres pour les stagiaires/salariés qui ont trouvé un emploi en Seine et Marne. Contactez nous au 06 19 78 59 95

Lire aussi : Une Réunionnaise lauréate du concours CréaRîF Entreprendre autrement 2012

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
10391 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik