Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Articles membres > Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont (...)

Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont fait l’Histoire et la Littérature française


Rencontres culturelles avec ces femmes magnifiques d’origine le plus souvent étrangère qui ont fait l’Histoire et ont donné rendez-vous à la Littérature en France. De la recherche documentaire et bibliographique, accompagnée d’une réflexion épistémologique à son application pédagogique, en passant par ma mise en place didactique de la séquence...


BMP - 912.9 ko
Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont fait l’Histoire et la Littérature française

Les grandes réflexions qui animent la vie publique en France sont à considérer à la fois sur le temps long, car elles traversent toute la période, et dans leur dimension actuelle. L’Histoire des femmes se place dans un temps long mais elle évolue tellement qu’elle fait aussi parti de l’Histoire du Temps présent et de l’histoire immédiate au niveau de l’Historiographie. Nous pensons aux débats comme l’Ecole et la notion de Laïcité (souvenons-nous de la question du foulard islamique), aux problèmes liés à l’intégration et à l’immigration qui ont par ailleurs tant marqué les élections présidentielles et législatives en 2002 mais aussi et surtout celles de 2007, à la problématique géopolitique sur l’Europe et enfin à la question de la place des femmes dans la société française. Des grands débats naissent encore et passionnent la France (en occurrence celui sur la Réforme des Institutions).

L’inventaire des débats n’est certes pas clos, mais il s’agit des débats les plus fondamentaux, dont les thèmes structurent la société française et forgent son identité. Quelle est la place des femmes dans la société française et comment a évolué la condition féminine depuis la Belle Epoque ? La question qui fait débat au moins depuis 1945, se présente sur plusieurs plans : politique, économique, social, culturel, démographique aussi, et pose le problème de ce que signifie le mot égalité. La moitié de la population française donc, qui a longtemps été privée de tous les droits, s’est construite une place nouvelle dans la société. Tous les problèmes sont-ils pour autant résolus ?

JPEG - 293.2 ko
Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont fait l’Histoire et la Littérature française

De la réclamation des droits en 1791, à l’obtention du droit de vote en 1944-45 jusqu’au récents débats parlementaires sur la parité et le vote de la loi qui en est résulté, le temps de la résignation pour la femme est révolue, et une véritable Révolution de l’Histoire des F et Femmes mais aussi une Révolution des consciences est en marche, même si les préjugés anti-féminins ont survécu aux lois émancipatrices. L’année 2007, marque un tournant de plus, avec la présentation de Ségolène Royal, une femme aux élections présidentielles en France. De nombreuses femmes font parti du gouvernement du président Nicolas Sarkozy. L’Histoire des Femmes est en marche, elle n’est pas figée mais évolutive. Elle est remplie de bouleversements, de ruptures mais aussi de permanences et de continuités.

J’ai mené mon étude (séquence des élèves) à travers quatre axes de lectures thématiques (séances) que nous avions définis : Une étude chronologique aurait entraîné à mon sens des répétitions. Je l’ai donc volontairement mise de côté et j’ai préféré orienter toutes les réponses à ou aux problématiques dans une optique thématique.

Cette séquence sur la femme française s’inscrit dans ce travail personnel dans les deuxième et troisième parties de mon travail de réflexion. Ce travail essayera de répondre dans la mesure du possible aux nombreuses questions sur les thèmes de la « Femme et Société » et montrera l’interaction de ces deux notions à travers notamment le droit de vote, le droit à l’avortement, celle de la maternité, de son statut juridique, celle du droit de travail, mais aussi celle de l’accès des femmes à la vie politique et leur rôle progressif dans la vie publique.

JPEG - 235.4 ko
Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont fait l’Histoire et la Littérature française

Avant d’arriver au côté pratique et à la partie didactique et pédagogique de la séquence, je souhaiterais faire - ne serait ce que pour les stagiaires de l’IUFM et les néo-titulaires à la recherche d’une banque de données ou de références solides mais aussi pour tous ceux qui se passionnent pour ce sujet d’étude magnifique qu’ils soient étudiants, enseignants ou élèves ou tout simplement des hommes et des femmes curieux de cultures, et qui souhaitent innover – dans une première et deuxième parties théoriques, un petit rappel d’une part des grandes figures féminines de l’Histoire sans lesquelles l’Histoire de France n’aurait sans doute pas été celle qui est inscrite aujourd’hui dans les manuels et les livres, et d’autre part, dans une troisième partie je ferai un bilan de l’histoire des femmes en général en faisant un petit clin d’œil à l’historiographie des femmes, ainsi qu’à la place de la séquence dans le programme officiel des nouveaux programmes de baccalauréat professionnels, sans oublier son intérêt pédagogique pour nos élèves qui sont ne l’oublions, jamais, des les citoyens de la société française du futur.

I) INTRODUCTION HISTOIRE : RAPPEL CHRONOLOGIQUE DES GRANDES FIGURES FEMININES DE L’HISTOIRE DU MOYEN AGE A NOS JOURS :

Le programme officiel d’histoire en première professionnelle portant sur la France demande le traitement de la question de l’évolution de la place et de la condition des femmes au sein de la société française au XXème siècle. Parallèlement à cela, l’image est présente dans le programme de français. L’Histoire des Femmes est une thématique nouvelle qui s’inscrit au niveau historiographique dans l’histoire des mentalités, cette « Ecole de la Nouvelle Histoire » dont le maître reste Jacques Le Goff et qui étudie davantage les mentalités, la psychologie des personnes, leurs évolutions et leurs impacts sur l’évolution de la société entraînant ainsi des mutations politiques, économiques, sociales et mentales, familiales profondes touchant aussi bien la sphère privée que la sphère publique.

L’histoire des Femmes a marqué la société française depuis le Haut Moyen Age. Mais cette Histoire a souvent été mal connue et est restée à l’ombre. La loi salique des Francs qui avait interdit aux femmes d’accéder réellement au pouvoir mais aussi des raisons et préjugés religieux qui les résumaient à un « ventre qui enfante » ont laissé les femmes un peu à l’ombre des hommes. Pourtant les femmes parviennent à s’imposer dans cette société d’hommes, et à faire de leur condition d’infériorité un atout.

JPEG - 71 ko
Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont fait l’Histoire et la Littérature française

De la reine Clotilde (épouse de Clovis) à Marie Antoinette (femme de Louis XVI) en passant par Aliénor d’Aquitaine (femme de Louis VII puis de Henri II Plantagenêt, mère de Richard Cœur de Lion), Blanche de Castille (mère de Saint-Louis), Jeanne d’Arc (la « virile et hardie pucelle de Domrémy »), Isabeau de Bavière (femme de Charles VI le fou), Anne de Bretagne (épouse de Charles VIII puis de Louis XII), Louise de Savoie (mère de François 1er), Claude de France (épouse de François 1er), Eléonore d’Autriche (2nde épouse de François 1er et sœur de Charles Quint), Catherine de Médicis (femme de Henri II), Diane de Poitiers (maîtresse de François 1er puis de son fils Henri II), Jeanne d’Albret (mère de Henri de Navarre futur Henri IV) Marguerite de Valois (dite la Reine Margot et 1ère épouse de Henri IV), Gabrielle d’Estrées ou Henriette d’Entragues (tant aimées par le Vert-Galant Henri IV), Marie de Médicis (2nde épouse de Henri IV), Anne d’Autriche (épouse de Louis XIII et mère du Roi Soleil), Marie Mancini (nièce de Mazarin et courtisée par le jeune Louis XIV), Marie-Thérèse d’Autriche (épouse de Louis XIV), Louise de La Vallière, Athénaïs de Montespan (toutes les deux maîtresses officielles de Louis XIV), mais surtout la Marquise de Maintenon (petite fille d’Agrippa d’Aubigné et 2nde épouse sécrète du vieux Louis XIV), Marie Lesczinska (épouse de Louis XV), Madame de Pompadour ou Madame Du Barry, (toutes les deux maîtresses de Louis XV), ou encore Marie-Antoinette d’Autriche (épouse du faible et jeune Louis XVI, morte guillotinée sur l’échafaud), sans oublier Olympes de Gouges ( celle qui a rédigé la Première Déclaration des Droits des Femmes), ou encore Charlotte Corday ( celle qui a assassiné Marat et qui est immortalisée dans un des tableaux par le peintre néoclassique David),… mais aussi Joséphine de Beauharnais (épouse de Napoléon 1er), l’Impératrice Eugénie de Montijo (épouse de Napoléon III), Claude Pompidou (épouse du 2ème Président de la Vème République), Danielle Mitterrand (épouse du 4ème président de la Vème République), ou encore Bernadette Chirac (épouse du 5ème Président de la Vème République).

Qu’elles aient été favorites ou reines, étrangères ou françaises, régentes ou simples reines, qu’elles aient été mariées à la suite d’un traité de paix ou qu’elles soient devenues favorites entretenues après un coup de foudre, qu’elles aient été révolutionnaires féministes ou épouses modèles, qu’elles aient été à l’ombre de leur mari comme Yvonne De Gaulle ou qu’elles aient joué un rôle humanitaire et social à la lumière des caméras, les femmes ont influencé les hommes et joué un rôle dans la Grande Histoire de France. Sans elles, l’Histoire n’aurait certainement pas été celles qu’on connaît aujourd’hui dans les pages des manuels…

Pourtant elles y apparaissent que très rarement. Leurs combats se sont pendant longtemps déroulé à l’ombre et il est temps de reconnaître leurs combats, d’apprendre l’évolution de leur condition et de leur donner leurs places méritées au sein de la préparation didactique et l’application pédagogique. Certaines d’entre-elles ont connu une ascension sociale fulgurante comme la Du Barry sous Louis XV.

JPEG - 74.9 ko
Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont fait l’Histoire et la Littérature française

En littérature, aussi de Christine de Pisan (1ère féministe médiévale) à Marguerite Yourcenar (1ère femme admise à l’Académie française) les femmes ont marqué l’Histoire littéraire et participé aux avancées culturelles et contribué aux progrès techniques de notre civilisation. Ces Femmes avec un grand F qui en restant à l’ombre de leurs maris qu’ils ait été rois ou paysans ont marqué l’Histoire. Leur Histoire mérite d’être étudiée et inscrite dans les cahiers scolaires qui ont été durant longtemps un peu misogynes. Cette séquence est aussi au delà de la visée pédagogique, un hommage à toutes celles qui ont donné naissance aux Grands et aux Petits hommes et sans lesquelles l’Histoire de France n’aurait jamais été celle que l’on connaît dans les livres scolaires ou les encyclopédies actuelles.

Des historiens de renom comme Georges Duby, Jean Delumeau, Philippe Ariès, Jacques Solé ou Jacques Dupâquier mais aussi des historiennes et sociologues comme Michelle Perrot, Benedetta Craveri, Françoise Thébaud, Christine Bard, Christiane Klapisch-Zuber, Pauline Schmitt Pantel, Nathalie Zemon Davis, Arlette Farge, Geneviève Fraisse sans oublier de citer Elisabeth Badinter et Evelyne Sullerot ont fouillé, fait des recherches solides, ont écrits et parlé pour enfin donner vie à l’histoire des Femmes. La vie privée fait son entrée dans l’Histoire et devient un champ d’investigation pour les chercheurs. Passionné par l’Histoire des mentalités et de ce que l’on appelle dans l’historiographie « la Nouvelle Histoire », je suis ravi que l’Histoire des Femmes figure maintenant aux programmes officiels. Il m’a paru donc, après lecture de pas mal d’ouvrages que j’ai donné en référence, judicieux de construire une séquence interdisciplinaire mêlant les deux notions (femme et image). Il s’agit d’une séquence qui fonctionne très bien autant avec les élèves en BAC professionnels tertiaires que les industriels.

II) INTRODUCTION : LETTRES : RAPPEL CHRONOLOGIQUE DES GRANDES FIGURES FEMININES DE LA LITTÉRATURE FRANCAISE DU MOYEN AGE A NOS JOURS :
ÉTUDE DE L’IMAGE A TRAVERS LA THÉMATIQUE DE LA PLACE DES FEMMES DANS LA SOCIÉTÉ FRANCAISE

Séquence interdisciplinaire sur histoire des femmes et l’analyse de l’image

Le programme officiel d’histoire en première professionnelle portant sur la France demande le traitement de la question de l’évolution de la place et de la condition des femmes au sein de la société française au XXème siècle. Parallèlement à cela, l’image est présente dans le programme de français. L’Histoire des Femmes est une thématique nouvelle qui s’inscrit au niveau historiographique dans l’histoire des mentalités, cette « Ecole de la Nouvelle Histoire » dont le maître reste Jacques Le Goff et qui étudie davantage les mentalités, la psychologie des personnes, leurs évolutions et leurs impacts sur l’évolution de la société entraînant ainsi des mutations politiques, économiques, sociales et mentales, familiales profondes touchant aussi bien la sphère privée que la sphère publique.

L’histoire des Femmes a marqué la société française depuis le Haut Moyen Age. Mais cette Histoire a souvent été mal connue et est restée à l’ombre. La loi salique des francs qui avait interdit aux femmes d’accéder réellement au pouvoir mais aussi des raisons et préjugés religieux qui les résumaient à un « ventre qui enfante » ont laissé les femmes un peu à l’ombre des hommes. Pourtant les femmes parviennent à s’imposer dans cette société d’hommes, et à faire de leur condition d’infériorité un atout.

JPEG - 543.3 ko
Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont fait l’Histoire et la Littérature française

De la reine Clotilde (épouse de Clovis) à Marie Antoinette (femme de Louis XVI) en passant par Aliénor d’Aquitaine (femme de Louis VII puis de Henri II Plantagenêt, mère de Richard Cœur de Lion), Blanche de Castille (mère de Saint-Louis), Jeanne d’Arc (la « virile et hardie pucelle de Domrémy »), Isabeau de Bavière (femme de Charles VI le fou), Anne de Bretagne (épouse de Charles VIII puis de Louis XII), Louise de Savoie (mère de François 1er), Claude de France (épouse de François 1er), Eléonore d’Autriche (2nde épouse de François 1er et sœur de Charles Quint), Catherine de Médicis (femme de Henri II), Diane de Poitiers (maîtresse de François 1er puis de son fils Henri II), Jeanne d’Albret (épouse de Antoine de Bourbon et mère de Henri de Navarre, le futur Henri IV) Marguerite de Valois (dite la Reine Margot et 1ère épouse de Henri IV), Gabrielle d’Estrées ou Henriette d’Entragues (tant aimées par le Vert-Galant Henri IV), Marie de Médicis (2nde épouse de Henri IV), Anne d’Autriche (épouse de Louis XIII et mère du Roi Soleil), Marie Mancini (nièce de Mazarin et courtisée par le jeune Louis XIV), Marie-Thérèse d’Autriche (épouse de Louis XIV), Louise de La Vallière, Athénaïs de Montespan (toutes les deux maîtresses officielles de Louis XIV), mais surtout la Marquise de Maintenon (petite fille d’Agrippa d’Aubigné et 2nde épouse sécrète du vieux Louis XIV), Marie Lesczinska (épouse de Louis XV), Madame de Pompadour ou Madame Du Barry, (toutes les deux maîtresses de Louis XV), ou encore Marie-Antoinette d’Autriche (épouse du faible et jeune Louis XVI, morte guillotinée sur l’échafaud), sans oublier Olympes de Gouges ( celle qui a rédigé la Première Déclaration des Droits des Femmes), ou encore Charlotte Corday ( celle qui a assassiné Marat et qui est immortalisée dans un des tableaux par le peintre néoclassique David),…..

Qu’elles aient été favorites ou reines, étrangères ou françaises, régentes ou simples reines, qu’elles aient été mariées à la suite d’un traité de paix ou qu’elles soient devenues favorites entretenues après un coup de foudre, qu’elles aient été révolutionnaires féministes ou épouses modèles, les femmes ont influencé les hommes et joué un rôle dans la Grande Histoire de France. Leurs combats se sont pendant longtemps déroulé à l’ombre et il est temps de reconnaître leurs combats, de faire de la lumière sur elles, d’apprendre l’évolution de leur condition et de leur donner leurs places méritées au sein de la préparation didactique et l’application pédagogique.

Certaines d’entre-elles ont connu une ascension sociale fulgurante comme la Du Barry sous Louis XV qui est devenue la maîtresse du roi, elle qui avait été une simple prostituée. En littérature, aussi de Christine de Pisan (1ère féministe médiévale) à Marguerite Yourcenar (1ère femme admise à l’Académie française), en passant par Marie de France au XIIème siècle, Louise Labé et Marguerite de Navarre (la sœur de François 1er et grand-mère maternelle du futur Henri IV) au XVIème siècle, Ninon de Lenclos, Madeleine de Scudéry, Madame de Sévigné, Madame de La Fayette au XVIIème siècle, Madame de Staël, George Sand au XIXème siècle, Colette, Anna de Noailles, Anne Frank, Simone de Beauvoir, Marguerite Duras et Nathalie Sarraute, les femmes ont marqué l’Histoire et les genres littéraires, participé aux avancées culturelles et contribué aux progrès techniques de notre civilisation. Les Femmes ont marqué les deux guerres mondiales en travaillant, mais aussi l’entre-deux guerres et avant cela, la Belle Epoque.

JPEG - 30.8 ko
Femmes, princesses, maitresses et amantes qui ont fait l’Histoire et la Littérature française

Ces Femmes avec un grand F qui en restant à l’ombre de leurs maris qu’ils ait été rois ou paysans ont marqué l’Histoire. Leur Histoire mérite d’être étudiée et inscrite dans les cahiers scolaires qui ont été durant longtemps un peu misogynes. Cette séquence est aussi au delà de la visée pédagogique, un hommage à toutes celles qui ont donné naissance aux Grands et aux Petits hommes et sans lesquelles l’Histoire de France n’aurait jamais été celle que l’on connaît dans les livres scolaires ou les encyclopédies actuelles. Des historiens de renom comme Georges Duby, Jean Delumeau, Philippe Ariès, Jacques Solé ou Jacques Dupâquier mais aussi des historiennes et sociologues comme Michelle Perrot, Benedetta Craveri, Françoise Thébaud, Christine Bard, Christiane Klapisch-Zuber sans oublier de citer Elisabeth Badinter et Evelyne Sullerot ont fouillé, fait des recherches solides, ont écrits et parlé pour enfin donner vie à l’histoire des Femmes. La vie privée fait son entrée dans l’Histoire et devient un champ d’investigation pour les chercheurs. Passionné par l’Histoire des mentalités et de ce que l’on appelle dans l’historiographie « la Nouvelle Histoire », je suis ravi que l’Histoire des Femmes figure maintenant aux programmes officiels. Il m’a paru donc, après lecture de pas mal d’ouvrages que j’ai donné en référence, judicieux de construire une séquence interdisciplinaire mêlant les deux notions (femme et image). Il s’agit d’une séquence qui fonctionne très bien autant avec les élèves en BACCALAUREAT professionnels tertiaires que les industriels.

Objectifs généraux de la Séquence :

- Etude approfondie sur l’image (description, cadrage, lignes de force, points forts, analyse, manipulation, interprétation, symboles, dénotation, connotation, polysémie, opposition, couleurs, fiction et réalité, intentions, sens).
- Travailler l’interdisciplinarité Histoire (histoire des femmes) et Français (étude de l’image).
- Formation à la citoyenneté et développer la réflexion (ECJS) chez les élèves pour faciliter leur intégration future dans la vie familiale et professionnelle.
- Faire la part des choses entre la fiction et la réalité, apporter les nuances nécessaires entre les idées reçues et la réalité quotidienne.
- Elargir le débat sur l’image véhiculée et réelle de la Femme réunionnaise. Parler des droits de la Femme mais aussi de la législation du travail, mais aussi de la place des femmes et de l’évolution de la condition féminine dans le domaine familial, professionnel, juridique et politique.
- Comparer des documents divers (images/textes). Comprendre les oppositions et les complémentarités entre les documents.

SOMMAIRE DU TRAVAIL :

I) INTRODUCTION PARTIE HISTOIRE : RAPPEL CHRONOLOGIQUE DES GRANDES FIGURES FEMININES DE L’HISTOIRE

II) INTRODUCTION : PARTIE LITTÉRATURE : RAPPEL CHRONOLOGIQUE DES GRANDES FIGURES FEMININES DE LA LITTÉRATURE FRANCAISE DU MOYEN AGE A NOS JOURS

III) LES FEMMES : DANS LE CHAMP D’INVESTIGATION DE L’ HISTOIRE

1) « La grande marche vers l’égalité : une longue histoire inséparable
de celle des hommes dans une société inégalitaire ».

a) Rapport initial : commandement/soumission.
b) Dans la vie, des activités distinctes et déterminées depuis des siècles.
c) La remise en question et la prise de conscience de la mise en tutelle.
d) La reconnaissance tardive de la qualité de citoyenne.
e) Une législation favorable durant ces six dernières décennies.
2) « Epistémologie et historiographie : les femmes, objet de l’Histoire,
Des écrits historiques sur les femmes ». Critique de quatre livres magnifiques
3) La place de la séquence dans le programme de BEP ET SURTOUT UNE GRANDE PLACE BIEN MERITEE DANS LES NOUVEAUX BAC PRO et son intérêt pédagogique.

IV) PARTIE : PROPOSITION D’UNE APPROCHE THÉMATIQUE D’UNE SÉQUENCE INTÉGRALE SUR LES FEMMES FRANCAISES AU XXème SIECLE :

1) UNE RÉFLEXION SUR LE MÉTIER D’ENSEIGNANT

2) PROPOSITION DE LA SÉQUENCE INTÉGRALE COMPOSEE DE 4 SEANCES ET DE PLUSIEURS EVALUATIONS SOUS FORME DE DOSSIER :
LA FEMME FRANCAISE AU XXème SIÈCLE : PLACE ET CONDITION

Séance 1 : Les femmes dans la vie quotidienne : des inégalités entre hommes et femmes, prises entre les stéréotypes mentaux et les réalités concrètes de la vie quotidienne.

a) Des images variées sur la vie des femmes :

b) Entre fictions et réalités : L’image des femmes véhiculée par les livres scolaires :

c) Les réalités concrètes de la vie quotidienne :

Séance.2 : « Les femmes et leurs droits : du droit à la citoyenneté acquis assez tardivement, à l’autonomie juridique et à la reconnaissance sociale ».

a) La conquête du droit de vote : le droit d’être électrice et éligible.

b) La grande marche vers l’autonomie juridique et la reconnaissance sociale :

Séance 3 : « Les femmes dans le monde professionnel : les femmes françaises qui ont toujours travaillé depuis des siècles, peuvent enfin accéder à des postes-clés, malgré une considération difficile et inégale dans le monde du travail »

a) Les femmes françaises qui ont toujours travaillé depuis des siècles……..

b) ……..malgré une considération difficile et inégale dans le monde du travail……….

c) ………..peuvent enfin espérer accéder à des postes-clés.

Séance.4 : « Les femmes dans la sphère publique et politique : la parité, entre législations et résultats électoraux, un débat d’avenir… »

a)) D’une manière générale, le monde politique est resté et reste encore très peu ouvert aux femmes en France.

b) Bien que la loi sur la parité essaye de réduire les écarts d’inégalité et annonce peut-être un avenir prometteur aux femmes sur la scène politique française……….

c)…………….les résultats des élections municipales de mars 2001 (qui sont le premier scrutin après la mise en place de la parité hommes-femmes), restent discutables en ce qui concerne les conséquences électorales de cette loi.

d) La Loi sur la Parité Hommes/femmes, alors qu’elle leur donne une égalité politique en droit, n’a pas eu réellement d’impacts positifs. En effet, en 2007, les femmes françaises sont toujours sous-représentées dans les grandes institutions politiques et elles sont peu nombreuses encore…alors qu’elles représentent 53 pour 100 de l’électorat…

IV) PROPOSITION DE DIFFERENTES EVALUATIONS :

V) CONCLUSION ou SYNTHESE FINALE ET OUVERTURE

ANNEXES :

VI) LA BIBLIOGRAPHIE PROPOSEE A CEUX QUI VEULENT SE CULTIVER ET CONNAITRE DAVANTAGE : QUAND ON LIT, ON NE S’ENNUIE JAMAIS !!

VII) UNE CHRONOLOGIE DES DATES-CLES AYANT MARQUÉ L’HISTOIRE DES FEMMES EN France :

CONCLUSION :

Au XXème siècle, la France a connu de profondes transformations accélérées d’ailleurs par les deux conflits mondiaux mais aussi par l’évolution des relations internationales. Cette période a modifié le paysage culturel et social du pays. En ce qui concerne les femmes, qui ont obtenu le droit de vote seulement en 1944, des lois et des mesures ont permis l’évolution de leur condition. Ces mesures concernent surtout la vie personnelle et familiale : hommes et femmes sont dorénavant égaux dans le couple et dans la responsabilité vis-à-vis des enfants. De plus, l’accès à la contraception et la légalisation de l’avortement donnent aux femmes la liberté de choisir, quand concevoir leurs enfants. Dans le domaine professionnel, malgré les mesures, l’égalité hommes-femmes dans le travail n’est pas acquise, bien que les femmes soient fortement intégrées dans le monde du travail, en particulier dans le secteur tertiaire. L’accès des filles à l’éducation, au même titre que les garçons, leur arrivée massive à l’université ont modifié leur place dans la société et leur ont permis d’accéder à des em¬plois moyens et supérieurs. Le domaine dans lequel la place des femmes est encore peu importante est celui de la politique : en effet le nombre d’élues à l’Assemblée Nationale et au Sénat reste très faible. En 1999, la parité homme-femme dans la vie politique française a été décidée pour rattraper ce « retard ». Les femmes ont obtenu leur émancipation aussi bien familiale que professionnelle. Mais elles connaissent aujourd’hui des difficultés, notamment à cause de la crise du marché de l’emploi qui touche plus les salariées que les salariés. Ainsi les difficultés que les femmes rencontrent ne sont-elles pas finalement le reflet des mentalités de notre société, encore très marquées par la domination masculine, et qui restent difficiles à faire évoluer ?
Compte tenu du temps et du programme officiel, la principale limite de notre sujet s’est fait sentir au niveau du champ d’investigation historique sur le thème de la femme. En effet, on s’est limité à l’étude de la femme française et par extension à la femme occidentale. Un jour, il serait intéressant de poursuivre et d’étendre le sujet en faisant la même chose pour l’histoire de toutes ces femmes non-occidentales qui sont à l’ombre de l’histoire. Nous pensons aux femmes afghanes, pa¬kistanaises, indonésiennes, algériennes, indiennes, africaines, malgaches, asiatiques mais aussi exclusivement réunionnaises 20, qui méritent que la plume de l’historien, de l’enseignant, celle du sociologue ou celle de l’anthropologue s’intéresse à elles et écrive leur histoire « faite de splendeurs et de misères ».

Pour leur rendre hommage, nous souhaiterions terminer notre travail en leur dédiant cette chanson empruntée à Enrico Macias intitulée « les femmes de Pardon » :

Aux femmes de marins qui prient
Dès que le bateau est parti
Et que le ciel est à l’orage.
A celle qui élève l’enfant
De l’imprudence d’un amant
Ou bien d’un mari de passage.
Aux filles des rues, emprisonnées
Dans des bonheurs en barbelés
Qui croient encore au mariage. (...)
Aux femmes qui viennent de loin
Pour accompagner le destin
D’un mari qui part en exil.
A ces bourgeoises qui ont tout
Sauf la tendresse d’un époux
Qui courent les lumières de la ville.
A celles qui se font séduire
Quand le meilleur cache le pire
Par des promesses inutiles.
C’est à ces femmes de pardon
Que je dédie cette chanson.
Ecoutez-les chanter
Quand elles sont amoureuses
Regardez-les pleurer
Quand elles sont malheureuses.
Elles ont cette indulgence Que les hommes n ’ont pas (...)
Aux femmes d’Afrique ou d’Asie
Qui meurent de faim et meurent de pluie
Et veulent encore donner la vie.
A ces berbères, à ces gitanes
Qui de roulottes en caravanes
Se moquent de tous les mépris.
Aux filles de Manille ou d’ailleurs
A ces esclaves du bonheur
Qu’un soir on retrouve endormi. (...)
Aux femmes qui sacrifient tout
A la vieillesse d’un époux
Qui pourtant leur en a fait voir.
Aux filles qui ont du subir
De tous les outrages les pires
Et se refusent au désespoir.
A celles qui portent le deuil
Et guettent encore de leur fauteuil
Le fils qui ne vient plus les voir.
C’est à ces femmes de pardon
Que je dédie cette chanson.

ENRICO MACIAS : CHANTEUR POPULAIRE FRANÇAIS D’ORIGINE ALGÉRIENNE, NOMMÉ AMBASSADEUR DE LA PAIX A L’ONU.

VI) BIBLIOGRAPHIE.

La bibliographie donne aux lecteurs quelques pistes de lecture récentes sur l’histoire des femmes. Elle n’a pas l’ambition d’être exhaustive. Nous avions voulu distinguer les ouvrages généraux des ouvrages spécialisés sur le sujet concerné. Cette bibliographie comporte tous les ouvrages que j’ai lus intégralement depuis et tout au long de mes années universitaires, puis par passion pour l’Histoire, par curiosité, par amour de la recherche sur les thèmes relevant de l’Histoire des Mentalités dite encore la Nouvelle Histoire dont les précurseurs restent les grands historiens de l’Ecole des Annales dans les années 1920, comme Lucien Febvre et Marc Bloch et dont les fondateurs restent à partir des années 1970, Jacques Le Goff, Fernand Braudel, Georges Duby, Philippe Ariès, Robert Delors, Louis Stouff, Jean Delumeau entre autres…

A) LES OUVRAGES GÉNÉRAUX ET COLLECTIFS TOUCHANT AU THÈME DE LA FEMME.

- ADLER Laure, La Vie quotidienne dans les maisons closes (1830-1930), Hachette, 1990.
- BADINTER Elisabeth, L’Amour en plus, Histoire de l’amour maternelle XVII-XXème siècles, Paris, Flammarion, 1980.
- BADINTER Elisabeth, L’un est l’autre. Des relations entre hommes et femmes, Paris, Odile Jacob, 1986.
- Histoire de la Famille, tome II, le Choc des modernités, BURGUIERE André, KLAPISCH-ZUBER Christiane, SEGALEN Martine, ZONABEND Françoise, Paris, Armand Colin, 1986.
- Histoire de la population française, DUPAQUIER Jacques, Paris, PUF, 1988, tome IV, de 1914 à nos jours.
- Histoire de la vie privée, (sous la direction de) ARIÈS Philippe et DUBY Georges, tome V, De la Première Guerre mondiale à nos jours, PROST Antoine et VINCENT Gérard, Paris, Le Seuil 1987.
- Histoire des femmes en Occident, (Sous la direction de) DUBY Georges et PERROT Michelle (sous la direction de Françoise THEBAUD), tome V, de la Première Guerre mondiale à nos jours, Paris, Pion, 1991
Rossiaud Jacques, La Prostitution médiévale (Préface de Georges Duby), Nouvelle Bibliothèque Scientifique, Flammarion, 1988.
Verdon Jean, Les Loisirs au Moyen Age, Tallandier 1980,
Verdon Jean, Les Françaises pendant la guerre de Cent ans, Perrin, 1991.(Ouvrage couronné par l’Académie française.
Verdon Jean, La Nuit au Moyen Age, Perrin, 1994.
Verdon Jean, Le Plaisir au Moyen Age, Perrin, 1997.

2) OUVRAGES SPECIALISES ET EPISTEMOLOGIQUES SUR LA FEMME.

- DUBY Georges et PERROT Michelle (sous la direction de ), Images de femmes, Paris, Pion, 1992 ; Femmes et histoire, actes du colloques, Paris, Pion, 1993.
- BARD Christine, Les Femmes dans la société française au XXème siècle, Paris, Armand Colin, 2001.
- BATTAGLIOLA Françoise, Histoire du travail des femmes, Paris, La découverte, 2000.

- CHAPERON Sylvie, les Années Beauvoir 1945-1970, Paris, Fayard, 2000.
- COVA Anne, Maternité et droits des femmes en France (XlX-Xxème siècles), Paris, Anthropos, 1997.
- DELUMEAU Jean (sous la direction de), La Religion de ma mère. Le rôle des femmes dans la transmission de la foi, Paris, Cerf, 1992.
- GAUTHIER Xavière, Naissance d’une liberté. Contraception, avortement : le grand combat des femmes au XXème siècle, Paris, Robert Laffont, 2002.
- GHERAICHE W, Les Femmes et la République, Paris, Editions de l’Atelier, 1999.
- MARTIN Jacqueline (sous la direction de), La parité. Enjeux et mise en œuvre, Toulouse, Presse Universitaire du Mirait, 1998.
- MARUANI M, Les Nouvelles Frontières de l’inégalité. Hommes et femmes sur le marché du travail, Paris, La Découverte/Mage, 1998.
- MONTREYNAUD F, le XXème siècle des femmes, Paris, Nathan, 1999.
- PERROT Michelle, « An 2000 : quel bilan pour les femmes ? » Problèmes politiques et sociaux, Paris, la Documentation française, 2000.
- PICQ F, Libération des Femmes, les années mouvements, Paris, le Seuil, 1993.
- SOHN Anne-Marie, Thelamon Françoise (sous la direction de), L Histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Perrin, 1998.
- THEBAUD Françoise, Ecrire l’histoire des femmes, ENS Editions Fontenay/Saint-Cloud, 1998.

VII) CHRONOLOGIE DIRECTIVES : Cette chronologie inspirée de L’Histoire numéro spécial 245 du juillet-août 2000, les Femmes de Pénélope à Hillary Clinton, 5000 ans pour l’égalité est complétée par d’autres dates-clés de l’histoire de femmes figurant dans les livres cités dans la bibliographie, dans des nombreux manuels scolaires et complétée par les faits d’actualité.

PETITE HISTOIRE DE LA FEMME FRANÇAISE A TRAVERS DES DATES

Une histoire inséparable de celle des hommes et les signes prémonitoires présents dans l’Histoire d’une révolution féminine et d’une mutation égalitaire à venir. Même si notre sujet concerne la période de 1914 à nos jours, nous nous sommes permis de faire un petit rappel des faits pour la période d’avant-guerre pour que le lecteur puisse se repérer convenablement et voir l’évolution et les limites de ce grand sujet dans le temps.

- 1226 : A la mort de Louis VIII, la reine Blanche de Castille assure la régence pour son fils Louis IX.
- 1328 : A la mort du dernier fils de Philippe le Bel, Charles IV, qui ne laisse aucun héritier mâle, il est affirmé (par référence à la loi salique, publiée en 508) que les femmes ne peuvent régner sur le royaume de France.
- 1560 : Catherine de Médicis devient régente.
- 1609 : L’abbesse Angélique Arnauld réforme le monastère de Port-Royal.
- 1610-1630 : Marie de Médicis devient régente.
- 1643 : Anne d’Autriche devient régente à la mort de Louis XIII. Elle gouvernera, avec Mazarin, jusqu’en 1661.
- 1648-1653 : Madeleine de Scudéry publie le Grand Cyrus, roman galant qui connaît un grand succès. Elle inaugure l’ère des salons : Mme Geoffrin (1699-1777) subventionne Y Encyclopédie et réunit artistes, savants, philosophes ; Mme du Deffand (1697-1780) reçoit Fontenelle, Montesquieu, Marivaux.
- 1759 : Naissance du Journal des Dames, écrit par et pour les femmes.
- 1761 : Julie ou la Nouvelle Héloïse de Rousseau : succès auprès des femmes.
- 1789 (5-6 octobre) : les femmes marchent sur Versailles d’où elles ramènent la famille
royale.
- 1790  : Création de clubs de femmes.
- 3 juillet : Condorcet, Sur l’admission des femmes au droit de cité.
- 1791 (28 octobre) : Olympe de Gouges présente à la Convention la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.
- 1792 (11 août) : Election d’une assemblée au suffrage « universel » masculin
- 1792-septembre : Instauration du divorce. Création de l’état civil laïque.
- 1793 (3 novembre) : Exécution d’Olympe de Gouges et le 8 novembre de Manon Roland, considérée comme l’égérie des girondins.
- 1795 (24 mai) : Décrets interdisant aux femmes d’assister à toute assemblée politique, de s’attrouper à plus de cinq.
- 1804 (mai) : Le code civil consacre l’incapacité juridique de la femme mariée.
- 1816 : Suppression du divorce.
- 1838 : Première école normale d’institutrices.
- 1848 (20 mars) : Eugénie Niboyet crée La Voix des femmes, qui réclame le vote des
femmes.
- 1850 : La loi Falloux oblige les communes de plus de 800 habitants à avoir une école primaire de filles.
- 1861 : Julie Victoire Daubié, première bachelière.
- 1871 (18 mars-28 mai) : Commune de Paris ; création de clubs de femmes. Louise Michel, communarde, sera déportée à Nouméa.
- 1874 : Interdiction du travail des femmes dans les mines.
- 1875 : Première femme française médecin.
- 1877 : Hubertine Auclert crée le Droit des femmes, association suffragiste.
- 1879  : Ouverture d’établissement de formation des institutrices.
- 1880 (21 décembre) : La loi Camille Sée organise l’enseignement secondaire féminin.
- La Sorbonne s’ouvre aux filles.
- 1881 (9 avril) : Loi autorisant les femmes à ouvrir un livret de Caisse d’épargne sans
autorisation de leur époux.
- Juillet : création de l’Ecole normale supérieure déjeunes filles de Sèvres.
- 1882 (28 mars) : Loi Jules Ferry instituant l’obligation de l’enseignement primaire pour les filles comme pour les garçons.
- 1884 (27 juillet) : Loi Naquet rétablissant le divorce mais excluant le consentement mutuel. La faculté de droit accueille sa première étudiante : c’est une femme mariée qui vient accompagnée de son mari et du secrétaire de la faculté, par crainte du scandale...
- 1897 (9 décembre) : Marguerite Durand crée la Fronde, quotidien entièrement dirigé et fabriqué par des femmes.
- 1900 : Première femme française avocate.
- 1907 (13 juillet) : Loi donnant la possibilité à la femme mariée de disposer de ses revenus. Jeanne Chauvin, première avocate.
- 1909 : Loi instituant un congé de maternité de huit semaines (sans traitement). -Le port du pantalon n’est plus un délit si la femme tient à la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval.
- 1913 : Il y avait 4524 femmes à l’Université pour 37783 hommes.
- 1915 (3 juin) : les femmes disposent de l’autorité paternelle en l’absence du mari et pour la durée de la guerre.
- 1917 (14 mai) : Grèves de couturières de la maison Jenny et grève des obusières. (2 août) : Loi sur la création des chambres d’allaitement dans les usines.
- 1919  : Création d’un baccalauréat féminin.
(15 juillet) : Déclaration pontificale en faveur du vote des femmes.
- 1920  : Loi contre l’avortement et la contraception. Les femmes peuvent adhérer à un
syndicat sans autorisation de leur mari. Les institutrices obtiennent l’égalité de
rémunération avec les hommes.
- 1922 : La Garçonne de Victor Margueritte.
- 1936 (juin) : Léon Blum nomme trois femmes sous-secrétaires d’Etat.
- 1939 : Code de la famille. Allocation pour la mère au foyer.
- 1941  : Berty Albrecht organise avec Henri Frenay le mouvement de résistance Combat. Arrêtée, elle meurt en 1943.
- 25 mai : Officialisation de la fête des mères.
- 1942 (15 février) : L’avortement est déclaré crime contre l’Etat, passible de la peine de mort.
- 1944 (21 avril) : Ordonnance d’Alger du Général de Gaulle qui accorde le droit de vote aux femmes.
- (Novembre) : Les femmes sont admises dans les jurys d’assises.
- 1945  : Loi instituant le congé de maternité obligatoire et indemnisé 50 pour 100.
- 1946  : Le préambule de la Constitution pose le principe de l’égalité des droits entre hommes et femmes.
- 1947  : Germaine Poinson-Chapuis est la première femme nommée ministre.
- 1949 : Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir.
- 1965 : La femme peut exercer une activité professionnelle et ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de son mari. A Londres, Mary Quant lance la mini-jupe.
- 1967 (décembre) : La loi Neuwirth autorise la contraception, (celle-ci sera remboursée en 1974).
- 1968  : Les revendications féministes se multiplient avec le Mouvement de Libération Féminin.
- 1970  : « L’autorité paternelle » est remplacée par « l’autorité parentale ».
- 1971  : La presse publie le manifeste des 343 qui se sont fait avorter.
- 1972  : Loi posant le principe de l’égalité de rémunération pour les travaux de valeur égale.
- Octobre : Procès de Bobigny. Une mineure, défendue par Gisèle Halimi, est jugée pour avortement.
- 1974  : Françoise Giroud devient secrétaire d’Etat à la Condition féminine.
- 1975  : Loi instituant le divorce par consentement mutuel.
- 1975 (17 janvier) : Loi Veil autorisant l’interruption volontaire de grossesse.
- 1980  : Marguerite Yourcenar rentre à l’Académie française.
- 1981  : Création du Ministère des Droits de la femme.
- 1982  : Remboursement de l’interruption volontaire de grossesse par la Sécurité sociale.
- 1983 (13 juillet) : Loi Roudy qui interdit toute discrimination professionnelle en raison du sexe.
- 1986 : Circulaire légalisant l’emploi du féminin pour les noms de métier.
- 1990 (5 septembre) : Arrêt de la Cour de cassation condamnant le viol entre époux.
- 1992 : Nicole Notât, première dirigeante syndicale, prend la tête de la CFDT. Vote de deux lois, l’une réprimant les violences conjugales, l’autre sanctionnant le harcèlement sexuel au travail.
- 1999 (28 juin) : Réforme de la Constitution : la loi « favorise » l’égal accès des
hommes et des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives. La parité entre dans les faits avec la loi du 3 mai 2000 et a été mise en application aux élections municipales de 2001.
- 2000  : Loi sur la parité qui favorise l’égalité d’accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux. Légalisation du travail de nuit pour les femmes. Le temps légal pour pratiquer l’IVG passe à 12 semaines.
- 2002 (juillet) : L’Histoire des Femmes est au programme du concours de PLP2 Lettres-Histoire.
- 2007 : Candidate socialiste Ségolène Royal se présente aux élections présidentielles. Elle a obtenu 47 pour 100 des voix au second tour face à Nicolas Sarkozy.
- 2007 : De nombreuses femmes font parti du gouvernement de Nicolas Sarkozy qui a été élu le 06 mai 2007.
- 2008 : Huguette Bello devient maire de la commune de Saint Paul à La Réunion.
- 03 juin 2008 : L’Histoire des Femmes est la thématique du dossier de l’examen de BEP industriels et tertiaires à l’île de La Réunion.
- 2009 : L’Histoire des Femmes devient une séquence intégrale et « un objet d’étude » à lui tout seul dans les nouveaux programmes D’HISTOIRE/GEOGRAPHIE du BACCALAUREAT PROFESSIONNEL.

Tamim KARIMBHAY, romancier et historien réunionnais, professeur de français et d’histoire géographie, auteur de Nosy-Bé : Âme malgache, Coeur français (2008) et de Année 2043 : Autopsie D’une Mémoire (2010).

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
10500 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik