Mon compte
Mon compte
Mon emploi+ Mon journal+ Mes favoris+ Ma boutique+
RETROUVEZ RDM SUR

Cliquez sur un point pour voir toutes les infos
géolocalisées des Réunionnais du monde

VOTRE JOURNAL

VOTRE JOURNAL THEMATIQUE

Accueil > Journal > Portraits & interviews > Alice Tilin, analyste financière à Boston

Alice Tilin, analyste financière à Boston


Depuis son départ du Chaudron après le bac pour intégrer une grande école de commerce, Alice a déjà visité ou travaillé dans 25 pays. « Pour découvrir le monde venir de la Réunion est un atout. On peut s’identifier à beaucoup de cultures et se fondre dans la masse plus facilement ».


Pouvez-vous vous présenter ?

Alice Tilin, 25 ans. J’ai grandi à Sainte-Clotilde. Ma mère est originaire de Madagascar et mon père habite encore le quartier du Chaudron. Je viens d’un milieu plutôt modeste, mais je n’ai jamais manqué de rien. Au contraire, cela m’a poussé à me battre pour aller aux bout de mes envies.

Racontez-nous votre parcours.

Après un bac S au lycée Georges Brassens, j’ai fait une classe préparatoire HEC au lycée de Bellepierre, puis j’ai intégré l’ICN Business School de Nancy. A la fin de mon master, j’ai effectué un semestre d’échange académique en MBA à Duke University, classée parmi les 10 meilleurs universités des Etats-Unis et l’une des 15 meilleures mondiales.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Je travaille actuellement chez Sanofi Genzyme, à Boston, en tant que Financial Analyst, en contrat de VIE depuis le mois de mars. Auparavant je suis passée par deux « big four » (cabinets d’audit et de conseil) au Luxembourg et à Paris. Je suis bien ici. Du fait de la présence des prestigieuses universités d’Harvard et du MIT, la région de Boston est assez différente du reste des Etats-Unis. C’est une région très portée sur l’intellect, plus que sur le paraître…

Peut-on vous décrire comme une grande voyageuse ?

J’ai quitté l’île pour continuer mes études et depuis, je n’ai jamais cessé de bouger, de voyager, d’assouvir ma curiosité. J’avais tellement envie de découvrir le monde que j’ai été hôtesse de l’air saisonnière long-courrier chez Air France pendant deux étés. J’ai eu la chance d’avoir visité plus de 25 pays à l’heure actuelle, et j’ai déménagé six fois en six ans, dans trois pays différents. Aujourd’hui je souhaite profiter de mon expérience américaine et continuer à découvrir le monde.

Quels objets de la Réunion emportez-vous dans vos valises ?

Je ramène toujours des bocaux de piments dans mes valises, ma paire de savates "deux doigts" bleue comme on en achète à la "boutique chinois", et une marmite à riz.

Que vous apporte l’expérience de la mobilité ?

La mobilité m’a apporté une plus grande ouverture d’esprit ainsi que beaucoup de maturité. Très indépendante, j’ai beaucoup voyagé seule et j’encourage toutes les jeunes femmes de mon âge à le faire, ne pas avoir peur de parcourir le monde seule si elles en ont envie ! Venir de la Réunion est un atout car on peut s’identifier à beaucoup de cultures dans le monde et se fondre dans la masse plus facilement.

Quelle est l’image de la Réunion là où vous vivez ?

Les gens ne connaissent pas la Réunion aux Etats-Unis, mais dès que j’en parle ils deviennent très curieux. Ils ne comprennent pas comment une île située dans l’Océan Indien peut être française et appartenir à l’Union Européenne ; c’est alors le moment parfait pour faire un peu de publicité pour l’île.

Qu’est-ce qui vous manque de votre île ?

La famille bien sûr, le soleil, les beaux paysages mais aussi le métissage et le fait de pouvoir passer outre les communautarismes, de pouvoir se fondre dans n’importe quelle festivité culturelle...

Quel est votre regard sur la situation socio-économique de la Réunion ?

Il reste encore des gros challenges à relever, sur le chômage et les inégalités sociales. Il faut donner les moyens aux personnes, surtout aux jeunes des quartiers dits "difficiles", de réaliser leur plein potentiel, que ce soit par les études, le sport, le monde associatif, l’entrepreneuriat... Ayant fait un mémoire de fin d’études sur la situation touristique de la Réunion, je me suis rendue compte qu’il existe un fort potentiel à ce niveau-là mais les moyens ne sont pas suffisamment bien exploités pour que l’île sorte son épingle du jeu parmi la concurrence. La Réunion peut aussi se démarquer économiquement en misant sur l’environnement et notamment les énergies renouvelables.

Voir le profil d’Alice Tilin / www.reunionnaisdumonde.com/r/1/Amerique-du-Nord / Plus de Réunionnais Grands Voyageurs / Diplômés de Grandes Ecoles

COMMENT ÇA MARCHE ?

› des centaines d’offres d’emplois et de stages mises à jour au quotidien


› une cvthèque, des milliers de candidats


› des modules exclusifs de recrutement : alertes annonces & alertes profils


› créer des alertes mails en choisissant ses critères (cliquer à droite)


Compléter son CV - Publier une offre

VOTRE EMPLOI EN 1 CLIC !
9786 offres d'emploi actuellement
ILS NOUS FONT CONFIANCE
Boutik